Castelli

Castelli1- Infine
Jean-Claude Acquaviva

2 – Letterella (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

3 – Notte tana (paroles)
paroles Petru Santucci, musique Jean-Claude Acquaviva

4 – Ave maris stella
texte liturgique, musique Jean-Claude Acquaviva

5 – In ogni addiu
Jean-Claude Acquaviva

6 – Guardiabanda (paroles)
paroles Fernando Pessoa
traduction Corse et musique Jean-Claude Acquaviva

7 – Gradualia 29/12
texte liturgique, musique Jean-Claude Acquaviva

8 – Dormi (paroles)
paroles François Vincenti, musique Jean-Claude Acquaviva

9 – Ùn nu a sò (paroles)
paroles Fernando Pessoa, traduction Corse et musique Jean-Claude Acquaviva

10 – In bocca à Diu
Jean-Claude Acquaviva

11 – Introit 29/12
texte liturgique, musique Jean-Claude Acquaviva

12 – Maroccu biancu (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

13 – Si spera
Jean-Claude Acquaviva

14 – Tbiliso (paroles)
texte Géorgien Petre Gruzinski, texte Corse Jean-Claude Acquaviva, texte Français Nino Tsotadze, musique Revaz Laghidze


2 Letterella

O core di la mio diccia
Sì diccia in lu mio core
A’dà mi l’ore
M’ai datu miccia

Batticore in patime
A’ ch’hà onda hà batticcia
Sì deda chì in mè piccia
E’appicci e mio rime

L’annuttà mi s’aguanta
E’ s’incrocca u piacè
Di svilà ti chì in tè
Lu mio caminu canta

2 Briefje

O coeur de ma fortune
Tu es fortune en mon coeur
Me donnant les heures
Tu m’as embrassé

Respiration, quiétude
Il n’est point d’ondes sans grèves
Tu es de ce bois gras
Dont se nourrissent mes rimes

Le crépuscule m’enveloppe
Tandis que bégaie en moi le plaisir
De te révéler que c’est en toi
Que chante mon chemin

3 Notte tana

Notte tana
di ghjornu
bardiana
di falsi secreti
bocca di fornu
pè i pueti
apriti à palesu

Notte
botte di ghjorni
più  si ne lampa
è menu canta
ogni tirata
aceta  a vita
viotati à veghja

3 Nuit tanière

Nuit tanière
Du jour
Gardienne
De faux secrets
Bouche de four
Pour les poètes
Ouvre toi toute grande

Nuit
Tonneau des jours
Qui chantes moins
Quand tu l’emplis
Chaque tirée
Vinaigre la vie
Ecoule toi à la veillée

6 Guardibanda

Salute o guardiabanda
chì ti conta u ventu in anda
in tagliu di strada?

“mi dice ch’ellu hè ventu, mi dice ch’ellu sfila
ch’ellu hè sfilatu digià
è ch’ellu turnarà à sfilà
è à tè cosa ti conta?”

“mi dice di più cà cusì
annant’à tanti sugetti,
mimorie è saudades
è cose ch’ùn sò mai state”

“ùn ai mai intesu u ventu
u ventu ùn ammenta cà ventu
bugia era sò ch’è t’ai intesu
e’ghjace in tè a bugia”

6 Le gardeur de troupeaux

Holà, gardeur de troupeaux
sur le bord de la route,
que te dit le vent qui passe?

“Qu’il est le vent, et qu’il passe,
et qu’il est déjà passé,
et qu’il passera encore
et à toi, que te dit-il?”

“Il me dit bien davantage
De maintes autres choses il me parle
de mémoires et de saudades
et de choses qui n’ont jamia été”

“Tu n’as jamais entendu passer le vent
le vent ne parle que de vent
ce que tu as entendu était mensonge
et le mensonge est en toi”

8 Dormi

Dormi, dormi, dormi chì sì bravu
bravu, bravu, è po lu più caru
bianca, bianca a to turturella
stanca, stanca, s’adurmenta ach’ella

Sta sera per fà ti lume
A lumera di mammò
pianu pianu si cunsume
cum’è tante notte sò

dormi, dormi, ind’è u chjusellu, vecu vecu u to sumirellu   
dormi, dormi, dumane uto babbu
cun tè andarà à pigliàlu

Di lu nostru cavallieru
ch’ùn si vole addurmintà
quellu chi ne hè u più fieru
un hè ancu à ghjunghje avà

8 Dors

Dors, dors, tu es gentil, dors
tu es gentil et je t’aime tellement
ta tourterelle blanche est exténuée
et s’endort elle aussi

Ce soir pour t’éclairer
la lampe de mammò
comme d’habitude
doucement se consume

Dors, dors, je vois dan le pré
le petit âne que vous irez chercher
demain, ton papa et toi

Notre petit cavalier
ne veut pas s’endormir
et celui qui en est le plus fier
n’est pas encore rentré

9 Ùn nu a sò

Ùn nu a sò Mi manca un sensu, un azzingu
da appitticà mi a vita, l’amore, a gloria
A’chì prò una storia qualunque,
un qualunque destinu?

Mi stò solu, d’una sulitudine nesca
caravunutu, senza futuru nè passatu
pare ch’elle scorghinu e stonde, senza vede mi
ma ùn anu u passu lebbiu.

Aguantu un libru senza più primura di ciò chì
ferma da leghje
mettu à pinsà ma mi scurticheghja l’idea,capunanzu
ùn aghju ancu à sunnià chì u sonniu m’attriste
in grembiu disgraziatu, ùn sò cà cose viste

Esse nulla, scatulisce da un rumanzu
Senza vita, senza morte vera, un’idea
una cosa chì nulla possi rende utule o pessima
un’ombra nant’à un abissu, un sonniu innafantatu.

9 Je ne sais

Je ne sais. Un sens me fait défait, une prise
Sur la vie, sur l’amour, sur la gloire…
A quoi bon une quelconque histoire,
Un quelconque destin?

Je suis seul, d’une solitude jamais atteitne,
Creux en dedans, sans futur ni passé
Sans me voir, semble-t-il, s’écoulent les instants
Mais ils passent sans que leur pas soit léger.

Je prends un livre, mais ce qui reste è lire
dérà me lasse,
Veux-je penser, ma conclusion d’avance me fail mal.
Le rêve me pèse avant d’être rêvé. Sentir
A terriblement l’air du déjà vu.

N’être rien, être une figure de roman,
Sans vie, sans mort matérielle, une idée,
Une chose que rien ne rende utile ou laide,
Une ombre sur un sol irréel, un songe épouvanté

12 Maroccu biancu

Tarra rossa chì dasti à mamma
I so più belli celi
Vinti l’anni, tanti sugelli
Mimoria verde

Da ‘nduve mi vinarà
Issu sintimu stranu
Chì   barca luntanu
E’in mè ne si perde

Maroccu biancu
Basgi à l’insiscu
Ora  capiscu
Quant’era stancu!

12 Wit Marokko

Rouge terre qui donnas à ma mère
Ses plus beaux cieux
Vingt ans et autant de sceaux
Mémoire verte

D’où peut bien me parvenir
Ce sentiment étrange
Qui franchit les lointains
Et se perd en moi

Blanc Maroc
Baisers à l’effroi
A présent je comprends mieux
Le sens de ma fatique!

14 Tbiliso


Tbiliso, mzis da vadebis mkhareo
Oushenod sitsotskhlets ar minda
Sad aris sxvagan axali varazi
Sad aris chagara mtsasminda.
Tbilissi

14 Tbilissi


Tbilissi, le pays du soleilet des roses,
Je ne veux pas vivre sans toi,
Il n’y a nulle part ailleurs un autre Varazi*
Où peut-on trouver le gris Mtatsminda**?
Tbilissi

*Varazi est un quartier de Tbilissi
**Mtatsminda, le Mont Saint à Tbilissi