Intantu

Intantu1- U casticu (paroles)
texte : Seneca traduction : Jean-Claude Acquaviva
musique: Jean-Claude Acquaviva

2- Paghjella
traditionnel

3- L’arditezza (paroles)
texte : Seneca traduction : Jean-Claude Acquaviva
musique : Jean-Claude Acquaviva

4- Makharia
geen tekst beschikbaar

5- A Paghjella di l’Impiccati (paroles)
texte : Ghjuvan-Teramu Rocchi musique : Jean-Claude Acquaviva

6- A Canzona di a malata (paroles)
texte : Ghjuvan Pasquinu Acquaviva

7- Cose Viste (paroles)
texte et musique : Jean-Claude Acquaviva

8- U Sipolcru (paroles)
texte et musique :Jean-Claude Acquaviva

9- Trà debbii maiò (paroles)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Bruno Coulais

10- E Loche (paroles)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Bruno Coulais

11- Kyrie

12- L’anniversariu di Minetta
texte en musique: Tavagna

Pour ta mémoire et sa lumière
Chère à mon cœur,
Je veux vivre intensément chaque instant concédé
Et le vivre pour toi

13- Sub Tuum

14- Caracolu di brame (paroles)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Bruno Coulais

15- Sumiglia (vertaald)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva


1 U Casticu

U giuvanottu arditu si
Da purtà l’eternu carru
Fora di l’andati paterni
Ebbe è pate a fiara da ellu zingata.
Malasciu à chì trafanca l’assestu.
Ogni marinaru da Argò imbarcatu,
Fece a Malamorte
Offesu, u mare fù à orde vindetta.

Tiffeu fù u prima strintu da Falcina
Orfeu cansatu si in infernu,
I tempu d’una volta,
Ci hè turnatu pè u sempre.
Sbrimbate, e so carne funu sparucciate
Mentre vinia à gallu u so capu
In l’acque di l’Ebru.

Ercule, rosu da u murtale rigalu di a moglia
Si fece dà miccia in capu à Eta
Anceu fù sbattutu da un cigale.
E’tù O Meleagru,
Tù chì fusti à toglie vita à babbituzii
Sarè ammazzatu da Mammata altariata.

Rei tutti, culpiti tutti.
Ma chì fallu po fù à fà smarisce
In l’acque chete d’una surgente
Stu giuvanottu da Ercule persu.
Andate à batte mari,
Ma attenti à e fonte paisane !



E’quellu chì abbramava tatu u pilone d’oru
È da chì tuttu stalvò,
Peliade, fù sbrimbatu è messu à
Bullisginà ind’una paghjolla.
Sazii site O Dii d’avè vindicatu u mare
Ùn tramannate à quellu chì eseguia.

1 U Casticu

Ce jeune homme eut l’audace
De conduire le char éternel
Loin du domaine paternel
Il périt dans le brasier qu’il avait allumé.
Malheur à qui profane l’ordre du monde.
Chacun des marins embarqués sur Argo
Trouva  la Malemort
Offensée, la mer se vengea.

Tiphys fut le premier pris par la Faucheuse
Orphée  s’était échappé  de l’Enfer
Pour un temps
Il y est retourné pour toujours.
Brisés, ses membres furent éparpillés
Pendant que flottait sa tête
Dans les eaux de l’Ebre.

Hercule, rongé par le cadeau mortel de sa femme
Se fit brûler au sommet de L’Oeta.
Ancée fut déchiré par un sanglier.
Et toi, O Méléagre,
Toi qui ôtas la vie aux frères de ta mère,
Tu auras été tué par ta mère folle de rage.

Tous coupables, tous châtiés.
Mais quelle fut la faute qui fit disparaître
Dans les eaux tranquilles d’une source
Ce jeune garçon qu’Hercule cherchait en vain ?
Allez, allez, O héros
Allez parcourir les mers
Mais prenez garde à l’eau des fontaines !


Et lui, Lui qui désirait tant la Toison d’or
Et qui fut à l’origine de tout
Pelléas, fut dépecé et mis à
Bouillir dans un petit chaudron.
Vous êtes satisfaits, O Dieux, d’avoir vengé la mer
Ne tourmentez plus celui qui n’a fait qu’exécuter les ordres.

3 L’Arditezza
Soca era una smisurata arditezza
À guidà u prima chì fù à strisge
E perfide onde
Annant’à cusì scaghjula barcellaLasciatu si di Mamma, a batticcia
Di a so vita fece u spassu di i venti strosi
I mari l’hà battuti à casu
Fidendu si à un legnu mastinu
Trà vita è morte, corciu sulcatuDi nanzu à ellu
Nisunu cunniscia e sidere
Ùn lighjia omu, in l’affrescu stillatu
E’i vascelli ùn ci la facianu à schisgià
E sbarsante Iade o a Capra d’Olinia
Nemmancu u buiaghju
Quandi u so carru trinca ad’ambarscia
Pè dì Boreu, Pè dì zeffiru
Ùn ci era nancu nomeArditezza di Tiffeu
À imbuffà e so vele
Annant’à u vastu mare
Da suggerì i venti
Un cuntegnu novuE so tele, ora e stindia à pienu
Ora burdighjava in li tretti di u miziornu
À briglia sciolta
3 L’Arditezza
Ce fut une audace démesurée
Celle de celui qui le premier traça un sillon
Dans les ondes perfides
Sur un si fragile esquifLaissant derrière lui le rivage maternel
De sa vie il fit le jouet des vents
Les mers, il les parcourut
Se fiant à un pauvre morceau de bois
Entre vie et mortAvant lui
Personne ne connaissait les planètes
Nul ne lisait dans la voûte étoilée
Et les vaisseaux ne savaient pas éviter
Les déluges d’Iade ni la saison de la Chèvre
Ni même le Bouvier
Quand son char oblique vers le nord
Pour Borée, pour Zéphyr
Il n’y avait pas encore de nomAudace de Typhée
Que de déployer ses voiles
Sur la vaste mer
De suggérer aux vents
Une nouvelle attitudeSes voiles, tantôt il les déployait à grand largue
Tantôt il louvoyait dans les brises de midi
A bride abattue
5 A Paghjella di l’Impiccati

Sè vo ghjunghjite in Niolu
Ci viderete un cunventu
Di u tempu u tagliolu
Ùn ci n’hà sguassatu pientu
Eranu una sessantina
Chjosi in pettu à u spaventu

Dopu stati straziati
Da i boia o chì macellu
Parechji funu impiccati
Ci n’era unu zitellu
L’anu tuttu sfracillatu
E’di rota è di cultellu

Oghje chì hè oghje in Corsica
Fateci casu una cria
Si pate sempre l’angoscia
Intesu dì Marcu Maria
Era quessu lu so nome
Mancu quindeci anni avia.

5 La Paghjella des pendus

Si vous passez dans le Niolu
Vous y verrez un couvent
Le passage du temps
N’a pas effacé les pleurs
Ils étaient une soixantaine
L’épouvante au cœur

Après avoir été torturés
Par les bourreaux, oh quel massacre !
Quelques-uns furent pendus
Il y en avait un tout jeune
Ils l’ont tout déchiqueté
Par la roue et par le couteau

Aujourd’hui, si vous êtes à Corscia
Prêtez-y attention
On perçoit toujours l’angoisse
A la seule évocation de Marcu Maria
Car tel était son nom
Il n’avait même pas quinze ans.

6 A canzona di a malata

Pigliu una penna eppo à scrive mi mettu
In puesia à dipigne stu sugettu
D’ùn esse più frutunatu di rime quantu rigrettu
Pè spiicà quella pustura di a figlia ch’era in lettu

Collu e scale è pichju à l’usciu chjosu
S’affaccò tandu un sguardu luminosu
Dicendu “cosa circate, amicu cusì pietosu ?”
“Cercu à vede a malata” subitamente risposu.

Mi disse allora “hè spressu chì vinite,
Cù pena in dolu à lu male currite
Soca voi, a malata, di moltu a cunniscite.
Aspittate ch’o a parli pè dì li qual’è vo site.”

Entrì in la stanza è fece sta riclama :
“Ci si hè u tale chì  di vede ti brama
S’è tù lu voli riceve hè prontu pè la to chjama”
Tandu da par mè sintiu “dite li ch’ell”entri o Mamma”

S’apre in un colpu di a stanza a sarratura
Entru è salutu cun tutta a primura
E’poi stesu la manu à l’angelica figura
M’apparì guasi lu pientu videndu la so statura

Cusì m’intesu allaccià lu mio core
Videndu soffre quellu limpidu fiore
U m’avaria chjappu eiu piuttostu lu so dulore
ma quessa ùn pudia fà la di crede mi u Signore.

Di tantu in tantu lintava un tristu langu
Chì suminava in mè vilenu pagnu
O dipoi stu ristorbu ùn ne riposu è più n’ùn magnu
Era inundata di larme la so stanza
Quand’è li dissu d’ùn perde la spiranza
Ch’è li purghjiu la manu priparendu la partanza
Ma sempre prichendu à Diu ch’ellu li dessi boa scianza

A mi lacaiu viva pè u mumentu
Poi pariu cù lu core scuntentu
Quelli suspiri lagnosi divintonu per mè spaventu
Durante lu mio camiu aghju vuceratu è pientu

6 La chanson de la malade

Je prends la plume et me mets à écrire
En poésie pour dépeindre ce sujet
En regrettant de n’être pas davantage doué pour les vers
Pour mieux décrire cette jeune fille dans son lit

Je monte les marches et frappe à la porte close
Un visage lumineux apparaît alors
Disant « Que cherchez-vous, ami si compatissant ? »
Je réponds aussitôt : « Je voudrais voir la malade »

Elle me dit alors : « Vous venez exprès,
Avec peine vous soignerez sa douleur
La malade, vous la connaissez peut-être depuis longtemps ?
Attendez que je lui parle pour lui dire qui vous êtes »

Elle entra dans la pièce et dit :
« Il y a Untel qui veut te voir
Si tu veux bien l’accueillir il attend ton accord »
Puis j’entends « Dites-lui d’entrer, o Mère »

La fermeture de la porte s’ouvre d’un coup
J’entre et je salue avec beaucoup d’empressement
Puis je serre la main de l’angélique apparition
Les larmes me vinrent aux yeux en voyant son apparence

Ainsi je sens mon cœur se serrer
A la souffrance de cette belle fleur
Si seulement j’avais pu prendre sa douleur
Mais cela le Seigneur n’a pas pu le faire

De temps en temps elle laissait échapper une triste plainte
Qui semait en moi un sombre venin
O depuis ce moment je n’ai plus connu de repos et je ne mange plus
Elle fondit en larmes
Quand je lui dis de ne pas perdre espoir
En lui prenant la main pour le départ
Mais toujours en priant Dieu qu’il lui donne bonne chance

Je la laissai après un moment
Puis je partis le cœur malheureux
Ces soupirs plaintifs devinrent pour moi épouvante
Pendant tout mon trajet j’ai crié et pleuré

7 Cose Viste

Ún sò ancu centenariu
Ma m’é toccu a vede cose
Chi l’idéie piú diritte
Mi si parenu ritrose

Ben ch’eo tenga a stammi solu
E ch’eo schisgi le cumbotte,
Agghiu vistu copre cani
E spugliassi giuvanotte

Agghiu vistu deputati,
agghiu vistu senatori,
Fà vutà li murtulagghji
Senza teme inquisitori.

Agghiu vistu burlamondi
Tende trappule ai turisti
Nigà pane a li rimiti
E fà pranzi a l’anticristi.

7 Choses vues

Je ne suis pas centenaire
Mais j’ai vu des choses
Qui sont assez
paradoxales

Bien que je tienne à rester seul
Et que j’évite les ragots
J’ai vu des gens habiller des chiens
Et vu des jeunes filles se déshabiller

Jai vu des députés,
J’ai vu des sénateurs
Faire voter les morts
Sans crainte de contradicteurs

J’ai vu des plaisantins
Tendre des pièges aux touristes
Refuser du pain aux affamés
Et faire des festins d’Antéchrist.

8 U Sipolcru

Hè bellu cà ghjutu à fine
U libru di e scritture
È u mondu s’addurmente
In e pessime friture
Ci ere tù, omu sperava
Dì o Diu dì mi la strada

T’anu allucatu in a tomba
Ch’è tu possi arripusà
Ma un pintone ci impedisce
D’esse vicini à vighjà
Pè pienghje lu to suspiru
Pè chere u to perdunà

Ùn credu chì Pediniella
Sia forte quant’è tè
Tù chì cummandi à lu ghjustu
U puvarellu è u rè
Ma to luce più n’ùn vecu
Sò orfagnu è mi n’avveccu.

8 Het Graf

Voici que se termine
Le livre des Ecritures
Et le monde s’engourdit
Dans son malheur
Tu étais notre espérance
Où est mon chemin désormais

Ils t’ont mis dans une tombe
Pour que tu trouves le repos
Nous pleurons ton dernier soupir
Mais la pierre fait obstacle
A notre veille,
A ton pardon

Je doute que la Mort
Soit aussi forte que toi
Toi qui commandes le juste
Et le pauvre et le roi
Mais ta lumière m’échappe
Je suis orphelin et j’en souffre déjà.

9 Trà debbii maiò

Addurbatu và l’omu trà e fulene appese
In li debii maiò di e so alte chimere
L’omu di e baldanze, di ‘infinite attese
Scutumia chì hè à intilà e spere

L’omu di nome toiu l’omu di nome meiu
Viadante chì hè à visticà e prove
Di lu so ghjornu vechju
quessu chi ùn fù mai reiu
E’chì sciolse i so sguardi in ‘sse mascare nove.

9 Entre brûlis majeurs

Cécité des passants entre poussières brumeuses
Entre brûlis majeurs et chimères aux mirioirs
Passants de l’arrogance, des hâtes sans espoir
Quand les armes du temps sont âpres et hargneuses

Voici l’homme qui a ton nom et porte aussi le mien
Errances éternelles indéchiffrables traces
Jours qui se sont enfuis
et se croyaient l’audace

Alors que tout portait des masques incertains.

10 E Loche

Sarre senza più fine, di chjampita billezza
Cù e vostre borghe accolte nate attempu à u mondu
Duv’ellu balla u muvrellu, in’eternu vagabondu
Duv’è và lu me sguardu è duv’è mi ci affondu.

Tresca d’alti sciappali è di zenne appinzate
Fatta à sdresge e niule chì vi danu arrembu
Ad’appacià lu core chì passa cù l’abrucata
E si cerca u licore di u so più dolce lembu.

10 E Loche

Là sont des monts sans fin d’une beauté trop pure
Frangés d’obscures forêts surgies avec le monde
Là-bas dansent des mouflons en leur funèbre ronde
Et s’y ancre le regard, et l’âme s’y emmure

 

Chaînes de pics altiers, de sommets acérés
Qui déchirent les nuages et où les vents s’appuient

La paix hante le corps comme elle hante la nuit
Les eaux qui les traversent sont des liqueurs acmées

14 Caracolu di brame

D’un amore chì si cerca,
Ma chì s’imbriaca d’odiu
Quand’ogni fiume si assecca,
Sà e ferite tamante
Cù e carne negre è frante
L’altru hè visu di bambace
Chì face da mizianu
Trà u sonniu chì si face
E’u basgiu più grazianu
Sà e spere di l’attrachju
Quandi a pena face spachju
L’orma di l’omu s’avanza
A’u sugliare d’un mazzone,
Da ritruvà ogni stanza,
Poi leghje à bughjone.

14 Labyrinthiques désirs

Une passion se cherche
qui s’enivre de haine.
Des fleuves se tarissent
quand hurlent les lointains.
Cortèges d’ombres revêches,
chairs ambrées qui périssent.
Mais il y a ce visage,
porteur d’un sourire chaste
interposant ses formes entre rêves et mirages,
entre suies et brasiers.
Il sait des crépuscules qui sont d’amples promesses
Il sait des pas complices au détour des manoirs,
des étreintes qui durent
quand le désir acquiesce
et rit des orbes noirs.

15 Sumiglia

S’hè distesu ind’è l’aria un affannu di morte
E’sò fatti di marmaru i visi sott’à lu sole
Sò d’abissu i silenzii è in pulvina e fole
U mondu incrudelitu sbattutu hà e so porte

Caminerà ab’eternu issu stolu senza fine
Cù la to sipultura sdresgendu ogni bagliore
E’chì facia ruvidu u trimendu dulore
Chì rode u campà à iss’ore visparine

E’quandu in tempi à vene invichjarà u ricordu
Ogni palmu di sta terra si purterà à l’iglia
Un sonniu fattu veru chì in u intimu accordu
Di tè si n’avarà fida sumiglia.

15 Imprime

Dans l’air s’est répanndue une mortelle angoisse
Le soleil n’éclaire plus que des visages de marbre
Le silence est abîme, toute beauté poussière
Le monde a sur la vie claqué toutes ses portes

Un cortège infini va vers l’éternité
Avec ta sépulture qui obscurcit le jour
Tout n’est plus que douleur et rudesse mêlées
Et vivre à cet instant est une saison morte

Lorsque le souvenir un jour s’estompera
Chacune des parcelles de cette vieille terre
Reflètera ce rêve qui était ton horizon
Et ton visage vivant sur elle s’imprime.