Medea

Medea

Medeia (Latin: Medea) est une tragédie du poète Grèque Euripides.
Medea d’A Filetta est basée sur les textes Latins de Sénèque.

1- L’Invitu (paroles)

2- L’Arditezza (paroles)

3- U Casticu (paroles)

4- U Furore (paroles)

textes: Sénèque
traductions: Jean-Claude Acquaviva
musique: Jean-Claude Acquaviva


1 L’Invitu

Di celu è mare
Maestri Dii
Vinite ed’accunsintite l’alta spusalizia
E’ voi torna, populi tutti in accolta pia,
Vinite ed’appicciate à noi.

Vittima à a prima sarà
Un toru biancu à porghje so capu
À chì cummanda u tonu.

A’ Lucina, bianca una manza da parè neve
Chì n’ùn cunnobbe a coppia

Dea ch’affreni Marzu di farru incrispitu
Tù chì impedisci e so spietate mane
Dea, sosta arricata à i populi à a sfarra
Diviziosa Dea,
Di pace Dea,
Eccu per tè, più tenneru sacrifiziu

E’ tù O Diu ad’alzà u fiacculu
Di e liggittime nozze
Tù chì sì à sguaglià a notte
Sii pò tù u testimone nostru
Veni caru,
Fà ti vene travalzatu è briacu
Di rosule incurunatu.

E’ tù chì splendi à tardi troppu
Quandu sò in brama l’amanti
Tù chì torni lu ghjornu
Dop’avè cummandatu à a notte
Da sta mane sò spose è mamme chì ti chjamanu
Adondi la to luce

Bella hè
Più bella cà e figliole d’Attene
Di più cà e giuvanotte di a smuragliata cità
Avvezze tantu à corre cum’è masci
Pe’ e cime
Più bella cà l’olimpiana chi nuta
In l’acque sacre di l’Alfeu

Da bella, ch’ella si fia avanti
Tandu si cancillarà di pettu à Ghjasone
Diunisu, figliu di l’accendita murtale
Chì và in carru da tigri tiratu
E’ dinù Appollu, u fratellu di l’aspriccia vergine
Quella chì stà in bocca à Pizia
E’ Castore, è Polluce u so fratellu
L’abile cumbattante.

Maestri in celu,
Eccu a mio preghera.
Ch’ella sia sta donna, una sposa nesca
Nescu dinù frà i sposi
Ch’ellu ci sia st’eroie

Quand’ella move in mezu à e so pare
Lampante frà altri tutti hè u so visu
Ùn impallidiscenu e stelle à u fà di u sole ?
Ùn s’arritiranu puru quelle à luna vechja
Quandu spampillente, u so discu s’hè spechju ?
Cum’è di Tiru a porpura torna a neve imbacarillita,
Cum’ellu si spanna Barbirossu in l’ochji ammachjati
Di l’alba chì sprichja.

Spicca ti da roza a Caucasica chì t’accampa
Tù chì n’ùn fusti à ricusà e smisurate brame
D’una chì t’arricava u tremulu
Quand’è tù a strignii
Aguanta la a felicità
Vistuta da greca figliola
E ricevi to sposa
Da i so genitori offerta

Imene,
Nobile figliu di Baccu
Chì tene u tirsu
Hè ora avà,
L’ora sacra d’accende u fiacculu di deda.
Dà li,
Da e to languide dite
Scatulisca l’alta calisgina

Ribombinu puru i scaccani di e canzone in burla
È sconcia, a folla scioppi

Quella,
A si porti a notte
Senza mancu una parolla
Fece a sposa d’unu scappaticciu andaccianu

1 L’Invitation

Dieux du ciel
Dieux de la mer
Venez assister à ces noces royales
Et bénissez-les
Et vous aussi peuples de la terre
Venez à nous selon le rite

Un taureau blanc sera la première victime
Et offrira sa gorge aux maîtres du tonnerre
Pour Lucine une génisse au corps de neige
Encore indemne du joug
Encore intacte du mâle
Déesse qui arrêtes Mars hérissé de fer
Et enchaînes ses mains sanglantes
Déesse qui apportes la trêve aux peuples en guerre
Déesse qui tiens la corne d’abondance
Douce déesse de la paix reçois un tendre sacrifice

Et toi dieu qui tiens le flambeau des noces légitimes
Dieu qui dissipes la nuit
Sois notre témoin
Viens garçon
Viens ici ivre et titubant
Couronné de roses

Et toi qui brilles trop tard pour le désir des amants
Amenant la nuit
Puis ramenant le jour
Ce matin des épouses t’appellent
Viens nous inonder de lumière

Elle est belle
Plus belle que les femmes d’Athènes
Plus belle que les filles de Sparte
De la ville sans murailles
Où les filles courent comme des garçons dans la montagne
Et nagent dans les eaux sacrées de l’Alphée

Qu’elle paraisse dans sa beauté
Et Jason verra reculer devant lui
Dionysos le fils de l’éclair meurtrier
Dont le char est attelé de tigres
Il verra reculer
Apollon le frère de la vierge guerrière
Le dieu au trépied inspiré
Il verra reculer Castor
Et son frère Pollux, le boxeur

Maîtres du ciel
Telle est ma prière
Que cette femme soit la plus parfaite des épouses
Que ce héros soit le plus parfait des époux

Quand elle danse au milieu des femmes
Son visage brille et les autres s’éteignent
Ainsi la splendeur du soleil fait pâlir les étoiles
Les Pléiades s’effacent les nuits de pleine lune
Quand le miroir de son disque resplendit
Ainsi la pourpre syrienne éclabousse la neige
Et le berger voit étinceler l’aurore sur le givre de l’aube

Arrache-toi à l’étreinte de la terrible Caucasienne
Tu n’as connu qu’une femme aux désirs effrénés
Une femme qui te forçait à la prendre
Une femme que tu serrais en tremblant dans tes bras
Apprends le bonheur
Prends la jeune fille des rives grecques
Retrouve la paix
En recevant ton épouse des mains de ses parents

Hymen
Noble fils de Bacchus qui porte le thyrse
Pâle Hymen il est temps
Allume rituellement le pin de la torche hérissée
Fais jaillir l’étincelle de tes doigts langoureux

Qu’on entende ricaner les chansons bouffonnes
Que la foule se déchaîne en plaisanteries obscènes

Quant à elle
L’étrangère
Qu’elle parte dans la nuit
Sans un mot
Qu’elle parte à l’aventure
Comme une qui s’est fait enlever par un homme de passage

2 L’Arditezza

Soga era una smisurata arditezza
À guidà u prima chì fù à strisge
E perfide onde
Annant’à cusì scaghjula barcella

Lasciatu si di Mamma, a batticcia
Di a so vita fece u spassu di i venti strosi
I mari l’hà battuti à casu
Fidendu si à un legnu mastinu
Trà vita è morte, corciu sulcatu

Di nanzu à ellu
Nisunu cunniscia e sidare
Ùn lighjia omu, in l’affrescu stillatu
E’ i vascelli ùn ci la facianu à schisgià
E sbarsante Iade o a Capra d’Olinia
Nemmancu u buiaghju
Quandi u so carru trinca ad’ambarscia
Pè dì Boreu, pè dì Zeffiru
Ùn ci era nancu nome

Arditezza di Tiffeu
À imbuffà e so vele
Annant’à u vastu mare
Da suggerì à i venti
Unu cuntegnu novu

E so tele, ora e stindia à pienu
Ora burdighjava in li tretti di u miziornu
À briglia sciolta

A intenna, à e volte
Si cautava à lascià la mizana
Ma accadia dinù
Ch’ellu a pisessi in cima di u maghju
Scummessa di Marinaru primurosu è più
D’ammaistrà a vintizata
Tandu in le calgese, quassù,
Svintulava rossa, a so bandera

Tempu niscentre è di viziu privu
Quellu di l’antenati
A so pace, elli,
A si gudianu senza sbirbà nè francà pozzu
In tarra soia scurrianu i so ghjorni
Quindi ogni pocu era divizia
Ogni lenza era daziana
Ùn cherianu altrununda

Cunfinati à bella megliu eranu i mondi
Finch’ellu s’impachjà si u vascellu tessalianu
Da fà li turnà appicciati

Da ellu fù tribbiatu u mare,
E’ u mare si fece timore di i nostri orizonti

Rea sta nave
Spietatu u casticu

Dopu è ridopu,
Unu strapazzu appressu à l’altru

Quandu e duie sarre ad’abbadà l’acque
Mossenu à rughju paru
Da purtà sciuma frà stelle è nebbie.
Sì hè vinutu menu l’arditu Tiffeu
È li hè scagliata a manu.
S’ammutulinu Orfeu è a so lira
E Argò anch’ella, di voce fù priva

E’ quale n’ùn fù insischitu
Quandu apparì di Cicilia a vergine
Cinta tutta à mastini cani à caccia abbaghju
E’ quandu si fece sente a perfida chjama
Di e sirene ad’amasgiulà l’onde
E’ chì u risponde d’Orfeu è a so lira
Fù quasi u tercanu

E’ chì ci era à viaghju fattu ?
Pilone d’oru è Medea,
À coppiu è nescu

Fù quella u pessimu rigalu
Spavintosa di più cà i mari incruscati

A’ chì prò oramai
Gluriosi vascelli è omi di vaglia ?
Ammaistratu, si stà l’Oceanu
Capighjimbu di fronte à l’omi
Hè turnatu bunaccia
È da ellu s’avanzanu l’ore
Di i mondi à palesu

2 L’Audace

De celui qui le premier sur une barque fragile
A franchi les flots mouvants
L’audace
De celui qui le premier vit sa terre derrière lui
Et confia sa vie aux vents insaisissables
L’audace
De celui qui le premier traça sur la mer un sillon hésitant
Il crut pouvoir se fier à une mince coque de bois
Fragile frontière
Entre les routes de la vie
Et celles de la mort
Trop d’audace

Personne alors ne connaissait les étoiles
On ignorait encore la science des constellations
Dessinées sur la voûte céleste
Les navires ne savaient éviter ni les pluies du Taureau
Ni la saison de la Chèvre
Ou le Bouvier
Quand son char se détourne lentement vers le pôle
Les vents n’avaient pas de noms
Ils ne s’appelaient pas encore Zéphyr ou Borée

Tiphys fut l’audacieux
Tiphys fut le premier à déployer ses voiles sur la vaste mer
Il maîtrisa les vents
Tantôt par vent arrière il naviguait grand largue
Tantôt il louvoyait dans les brises
En avançant le point d’écoute
Tantôt il laissait prudemment la flèche à mi-hauteur
Tantôt il la hissait en tête de mât
Comme le marin qui prend des risques
Pour ne rien perdre du vent
Et là-haut dans les huniers claquent les rouges perroquets

Nos ancêtres ont connu le temps de l’innocence
Ils étaient sans malice
Chacun restait paisiblement chez soi
Vieillissant sur le champ de ses aïeux
Un rien les rendait riches
On ne connaissait d’autres biens
Que ceux produits par la terre natale

En ce temps-là le monde était multiple
Ailleurs était vraiment ailleurs

Mais le vaisseau thessalien a rompu l’ordre établi
Et réduit le monde à n’être plus qu’un
Il a frappé la mer qui dut souffrir ses coups de rame
A nous il apprit l’océan
La crainte
Et les mystérieux horizons

Ce bateau était criminel
Le châtiment fut terrible

Il courut longtemps de danger en danger

Quand les portes de la mer
Les deux montagnes
Qui de part et d’autre surplombent les flots
S’ébranlèrent dans un fracas de tonnerre
Et se fermèrent soudain
Quand l’eau refoulée jaillit en écume
Eclaboussant les étoiles
Et se mêlant aux brumes du ciel
Tiphys est devenu blême
Tiphys l’audacieux
Sa main a molli, il a lâché les écoutes
Orphée est resté sans voix et sa lyre muette
Argô elle-même ne disait rien

Quand Scylla, la jeune Sicilienne
Qui autour du ventre a une ceinture de chiens enragés
Quand elle les fit hurler tous ensemble
Quel est le marin d’Argô qui n’a pas tremblé ?

Quand les monstres de l’Italie,
Les sombres Sirènes
Bercèrent la mer de leurs chants
Orphée le Thrace prit sa cithare
Et joua
A son tour il les enchaînait à sa voix
Et les entraînait dans le sillage du navire

Et pour quoi ce voyage ?
Et pour quoi ce périple ?
Pour une toison d’or
Et une femme plus dangereuse que la mer
Médée
Elle était le prix de la course
Le prix à payer par le premier navire
Le juste prix

Maintenant l’océan est vaincu
Et tout entier soumis à la loi des hommes
Pour construire Argô
Nul besoin désormais des mains habiles d’Athéna
Il n’y a plus d’Argô
Plus de gloire à ramer
Plus de rois qui fassent équipage

La première barcasse venue affronte la haute mer
Toutes les barrières ont été bousculées
Sur les terres vierges on édifie des villes
Le monde est sillonné de routes
Tout bouge
Rien n’est resté de l’ordre de jadis
Les Indiens boivent l’eau glacée du Don
Les Perses se baignent dans l’Elbe et dans le Rhin

Bientôt viendra le siècle où sautera la dernière barrière
L’océan révèlera un continent immense
Sur l’horizon marin se lèvera un nouveau monde
Au-delà de l’Islande il y aura d’autres terres


3 U Casticu

A rabbia chì fraga in la fiara
E vintere sparamundate
U timore di lu farru alzatu
Ùn venenu apparinati à u furore,
À l’odiu di a sbandita sposa,
Nemmenu u Punente maestru
Imbutratu si di niuli ed’acque micidiose
A fiumara di Danubiu à spanticà i ponti,
A forza di Rodanu, quandu chì mare ed’ellu
A si ghjocanu à e petturiccie
Nemmancu i sbollari di l’acque turnate inzirgate
Da e neve frante,
Quand’ellu s’hè arsente u sole
À l’entre di u veranu
A cecu lu focu accatizzatu da l’ira
Ùn lu cummanda nimu, ùn lu para nisunu
Pediniella puru !
A quella da a stizza
A si stringhjaria ancu.

A supplicà vi simu O Dii,
Ùn siate ingordi di castichi
Fate pace à quellu ch’hà dumatu u mare
Ma rabbiosu hè firmatu u putente “Marone”
Da chì fù vintu u so reame, l’altu secondu.

U giuvanottu arditu si
Da purtà l’eternu carru
Fora di l’andati paterni
Ebbe à pate a fiara da ellu zingata.
Malasciu à chì  trafanca l’assestu.
Ogni marinaru da Argò imbarcatu,
Fece a Malamorte
Offesu, u mare fù à orde vindetta.
Tiffeu fù u prima strintu da Falcina

……..

Orfeu cansatu si in infernu,
In tempu d’una volta,
Ci hè turnatu pè u sempre.
Sbrimbate, e so carne funu sparnucciate
Mentre vinia à gallu u so capu
In l’acque di l’Ebru.
Ercule, rosu da u murtale rigalu di a moglia
Si fece dà miccia in capu à Eta
Anceu fù sbattutu da un cingnale.
E’ tù O Meleagru,
Tù chì fusti à toglie vita à babbituzii,
Sarè ammazzatu da Mammata altariata.
Rei tutti, culpiti tutti.
Ma chì fallu po fù à fà smarisce
In l’acque chete d’una surgente
Stu giuvanottu da Ercule persu.
Andate, andate O eroi,
Andate à batte mari,
Ma attenti à e fonte paisane !

Immone, à fatu sappiutu
Finì in bocca ad’un sarpu di Libbia,
Induvinu da tutti, salvune da ellu,
Mopsu morse spaisatu.
S’ellu disse veru, u maritu di Tetti
Sarà eternu errente.
Naupliu, ellu, s’hè annigatu è
D’Oilè sarà u figliolu à pagà
I crimini : culpitu da u lampu
Fù ingullitu da u mare.
A moglia d’Ammette,
Da salvà lu so sposu
Sarà à offre so vita
E’quellu chì abbramava tantu u pilone d’oru
È da chì tuttu stalvò,
Peliade, fù sbrimbatu è messu à
Bullisginà ind’una paghjolla.
Sazii site O Dii d’avè vindicatu u mare
Ùn tramannate à quellu chì eseguia

3 Le Châtiment

Nulle force au monde
Ni incendie ni ouragan
Ou machine de guerre
N’a la violence d’une femme abandonnée
N’a son ardeur et sa haine

Nulle force au monde
Ni le vent d’ouest
Qui charrie les nuages et les pluies de l’hiver
Ni le Danube en crue
Qui emporte les ponts et inonde la plaine
Ni le Rhône qui refoule la mer
Ni les torrents des montagnes grecques
A la fonte des neiges au printemps sous le soleil brûlant

C’est un feu aveugle
Attisé au vent de sa colère
Elle ne connaît ni maître ni freins
Sans crainte de la mort
Elle brûle d’affronter des épées nues

Dieux épargnez-nous
Dieux faites-nous grâce
Laissez vivre en paix le conquérant des mers

Mais il y a la fureur du dieu vaincu
Du roi de l’autre empire
Du maître des profondeurs

Un garçon eut l’audace de conduire le char du temps
Il oublia les bornes du domaine paternel
Dans sa fureur il incendia le ciel
Et périt dans le brasier qu’il avait allumé

On ne risque rien à emprunter une voie toute tracée
Va par où les gens sont toujours passés
Le chemin est sûr
Sans profaner l’ordre sacré du monde
Sans violer l’univers

Ils ont payé les audacieux
Tous
Ils avaient tenu les fameuses rames
Volé la forêt sacrée du Pélion
Saccagé son ombre épaisse
Pour leur fabuleux navire
Ils avaient passé les écueils mouvants
Vaincu les dangers de la mer
Et jeté l’ancre à une rive barbare
Pour piller l’or étranger
Ils devaient revenir
Mais en expiant par une sombre fin
L’offense faite aux lois de l’océan
Ils avaient défié la mer
Et ils ont payé
Tiphys fut le premier
Il avait vaincu les profondeurs
Mais il laissa son gouvernail à un barreur novice
Et sur une plage étrangère
Loin du royaume de son père
Il mourut
Un simple tertre l’a recouvert
Il gît sans gloire parmi les ombres anonymes
Depuis en mémoire de son roi perdu
Aulis garde prisonniers
Les navires venus relâcher dans son port
Que maudissent les marins encalminés

Puis ce fut Orphée le fils de la Muse
Quand il touchait les cordes de sa lyre
La mélodie arrêtait les torrents
Les vents se taisaient
Et les oiseaux oubliaient de chanter
Venant à lui avec les arbres de la forêt
Orphée fut mis en pièces
Et ses membres jonchèrent la campagne thrace
Pendant que sa tête partait au fil de l’eau
C’est ainsi qu’il redescendit dans le Styx et le Tartare
Mais cette fois il n’en revint pas

Hercule massacra les enfants du vent du Nord
Etouffa le fils de Neptune aux innombrables métamorphoses
Mais après avoir pacifié la terre et la mer
Après avoir pénétré dans le sinistre royaume de Pluton
Le maître de l’or
Il se fit brûler au sommet de l’Oeta
S’offrant tout vivant à la morsure des flammes
Le sang mêlé du centaure lui rongeait les chairs
C’était le cadeau de son épouse

Ancée tomba sous les coups violents d’un sanglier
Méléagre profanant les liens du sang
Tua les frères de sa mère
Elle les vengea
Tous ont mérité leur mort
Mais quel était le crime de ce tendre garçon
Qu’Hercule cherchait en vain ?
Noyé, pauvre enfant
Dans les eaux tranquilles d’une source
Les héros s’en vont parcourir les mers
Et il leur faut prendre garde à l’eau des fontaines

Idmon connaissait les destins
Un serpent pourtant l’a décoré dans les sables de L’Afrique
Il disait vrai pour les autres
Mais se trompait pour lui
Mopsus est tombé sans revoir Thèbes
Si le chant de Pélée dit bien la vérité à venir
L’époux de Thétis connaîtra l’exil et l’errance
Nauplius le naufrageur périra noyé
Ajax foudroyé tombera dans la mer
Payant la faute de son père Oïlée
La femme du roi de Phères devra racheter au prix de sa vie
Le destin de son époux

Et lui
Lui qui fut à l’origine de tout
Lui qui donna l’ordre de conquérir la Toison d’Or
Et de construire le premier navire
Pélias
Il a fini bouilli
Cuit dans un petit chaudron mijotant sur le feu

Dieux vous qui avez bien vengé la mer
Epargnez Jason
Il ne faisait qu’obéir aux ordres

4 U Furore

Ver di chì cima funesta andarà
A maga insanguinata,
Data si à u s’amore spietatu ?

Annant’à chì malcaminu a si strascina
U s’arcanu furore ?

Hà l’ochji imbariati
Ma altu lu capu da sfidà u rè.

Sarà po ella a sbandita ?

S’avvampa eppò s’avvampa dinù
Dop’avè sbiaditu, u so visu in anda.

Levati li i so chjuchi
Ùn hà passu cusì scatinatu una tigara

Amore nè Odiu Medea ùn affrene
Amore eppo Odiu si danu à l’arrembu
È vanu !
Verdì chì ultime ripe ?

Ùn sarà ora ch’ella smarisca rea a colcidiana
Li possinu rifiatà stu reame è i nostri rè ?

A’ briglia sciolta o sole, vai o sole
Vai è trapoghja in la notte, sapara notte
E di questu ghjornu tremendu
Fà ne u spasimà

4 La Fureur

Où va-t-elle la Ménade couverte de sang
Où court-elle tête baissée l’amoureuse sauvage ?
Quel crime prépare-t-elle ?
Furieuse et déchaînée ?

Son visage grimace de colère
Elle a le regard fixe
Elle secoue la tête comme une bête
La relève avec arrogance pour provoquer le roi
Qui croirait qu’il vient de la chasser ?

Ses joues brûlent d’un éclat rutilant
Le blanc chasse le rouge
Elle devient livide
Passe par toutes les couleurs
Prend toutes les apparences sans jamais en conserver aucune

Elle tourne comme une tigresse du Gange
Qui a perdu ses petits
Et que sa course folle entraîne à travers la jungle

Médée ne sait dompter ni ses colères ni ses amours
Et aujourd’hui son amour et sa colère ont un même objet

Que va-t-il arriver ?

La terrible Arménienne quittera-t-elle la campagne grecque ?
Délivrera-t-elle de la peur
Les princes et le royaume ?

Phoebus fouette ton attelage
Lance-le à bride abattue
Que la tendre nuit enferme la lumière
Que sombre avec Vesper qui amène le soir
Un jour redoutable