Mistico Mediterraneo

Mistico Mediterraneo1 – Rex tremendae (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

2 – Liberata (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

3 – Da tè à mè (paroles)
Jean-Michel Giannelli/Petru Santucci

4 – Le lac
Bruno Coulais

5 – Dies irae (paroles)
Jean-Michel Giannelli

6 – Gloria (paroles)
Bruno Coulais

7 – Corale
Daniele di Bonaventura

8 – La folie du Cardinal (paroles)
Bruno Coulais

9– U sipolcru (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

10 – Scherzi veranili (paroles)
Jean-Michel Giannelli/ Petru Santucci

11 – Figliolu d’ella (paroles)
Jean-Claude Acquaviva

12 – Gradualis (paroles)
Daniele di Bonaventura/Jean-Claude Acquaviva

13 – Sanctus
Daniele di Bonaventura


1 Rex Tremendae

Rex tremendae majestatis
Qui salvandos salvas gratis
Salva me, fons pietatis

Recordare, Jesu pie,
Quod sum causa tuae viae,
Ne me perdas illa die.

1 Rex Tremendae

Roi d’une majesté dedoutable
Qui sauvez gratuitement vos élus
Sauvez-moi, source de bonté.

Souvenez-vous, ô bon Jésus
Que vous êtes venu pour moi,
Ne me perdez pas en ce jour.

2 Liberata

Alba in le corte nielle
A’ l’orlu di l’esistenza frusta
Spire a parolla ghjusta
Sott’ à una coltra di centu stelle

In la notte imbariata
Ci funu l’omi à viaghjà
L’assaltu era di sperà
E’ scuppiò cum’è una cantata

Antone, Ghjuvanni, Paulu Sà
Numucci chì vinite à gallu
A vostra vita fù rigalu
Fattu ancu à quellu ch’ùn la sà

Machje, cità, doli, surrisi
L’anni sò corsi in lu campà
Ma una pagina si stà
Aparta annant’à i vostri visi.

2 Liberata

Aube sur les cours grises.
A l’orée de l’existence usée,
Expire la parole du juste
Sous les yeux d’un ciel étoilé.

Dans la nuit hagarde
Des hommes cheminèrent
L’espoir se changea en assaut
Pour exploser en un chant de joie

Antoine, Jean, Paul-Toussaint
Prénoms qui affleurez nos mémoires
Votre vie, pour tous, fut donnée
Beaucoup ne le sauront pas

Maquis, cités, deuils, courages
Bien des années ont apaisé nos cœurs
Mais une page têtue, elle, demeure
Ouverte à jamais sur vos visages.

3 Da tè à mè

Da tè à mè un mondu novu
S’hè affaccatu senza prevene
Ghjuntu cusì à core lene
Al menu ch’ò un l’achjimu trovu
A’forza di schisgià l’avvene

Da mè à tè ne simu à cri
E’negu l’oghje pè dumane
Campu à secreti di ballane
A’pass’è veni è vulè interi
Sempre à parlate paisane

Da tè à mè ci hè l’orizonte
Scalu di grisgiu è di turchinu
Natu cusì in celumarinu
Al menu ch’ell’ùn sia Ponte
Chì cavalcheghji u mio destinu

3 De toi à moi

De toi à moi, un monde nouveau
s’est présenté à nous
sans prévenir sans amour
a moins de l’avoir provoqué ensemble
a force die nier les évidences

De moi à toi, pour ma part je n’oublie rien
je refuse les lendemains à l’image de ce jour
je vis des secrets de la mer
sa vie rythmée
renforce ma raison d’être

De toi à moi cet horizon
toujours gris bleu
mélange de ciel et mer
ne serait-il pas lien
qui unit mon destin au rien

5 Dies Irae

Dies Irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Teste David cum Sibylla.

Quantus tremor est futurus,
Quando judex est venturus,
Cuncta stricte discussurus !

5 Dies Irae

Jour de colère que ce jour là
Où le monde sera réduit en cendres
Selon les oracles de David et de la Sibylle.

Quelle terreur nous saisira,
lorsque le juge viendra
Pour tout juger avec rigueur

6 Gloria

Gloria in excelsis Deo
Er in terra pax hominibus bonae
voluntatis

Domine Deus, Agnus Dei,
Filius Patris, qui tollis peccata mundi,
miserere nobis.

Jesu Christe
Cum Sancto Spiritu
in gloria Dei Patris. Amen.

6 Gloria

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes de bonne
Volonté.

Seigneur Dieu, Agneau de Dieu,
Le Fils du Père. Toi que enlèves les péchés
Du monde, prends pitié de nous ;

Jésus Christ,
Avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père. Amen

8 La folie du Cardinal

exorcizo te, omnis spiritus immonde
in nomine dei.
Vade retro, santana

Alelluia, Dominus, dixit ad me filius

8 La folie du Cardinal

Esprit impur quel que tu sois, je te chasse
Au nom de Dieu
Arrière Satan

Alelluia, me dit le Seigneur, tu es mon fils.

9 U Sipolcru

Hè bellu cà ghjuntu à fine
U libru di e scritture
È u mondu s’addurmente
In e pessime friture
Ci ere tù, omu sperava
Dì o Diu dì mi la strada

T’anu allucatu in a tomba
Ch’è tu possi arripusà
Ma un pintone ci impedisce
D’esse vicini à vighjà
Pè pienghje lu to suspiru
Pè chere u to perdunà

Ùn credu chì Pediniella
Sia forte quant’è tè
Tù chì cummandi à lu ghjustu
U puvarellu è u rè
Ma to luce più n’ùn vecu
Sò orfagnu è mi n’avveccu.

9 U Sipolcru

Voici que se termine
Le livre des Ecritures
Et le monde s’engourdit
Dans son malheur
Tu étais notre espérance
Où est mon chemin désormais

Ils t’ont mis dans une tombe
Pour que tu trouves le repos
Nous pleurons ton dernier soupir
Mais la pierre fait obstacle
A notre veille,
A ton pardon

Je doute que la Mort
Soit aussi forte que toi
Toi qui commandes le juste
Et le pauvre et le roi
Mais ta lumière m’échappe
Je suis orphelin et j’en souffre déjà.

10 Scherzi veranili

Veranu s’avvicina
cù a so spiscina
di rinnovi
si scioglienu i penseri
à l’orli di l’addisperi
ritrovi

Frizineghja a virdura
accampata è intimurita
allora chì nù a pianura
pecurella incuragita
aspetta à lana sicura
a furbiccia rughjinita

Nivone scalzu viaghja
nant’à e cime sculurite
u cantu di a lamaghja
aguatta tante ferite
fruttu di fede tascaghja
è di mani incuginite

Veranu s’intasta
cù a so catasta
di pazzia
è voganu i filari
in l’andati dolci amari
di Puesia

10 Scherzi veranili

Le printemps s’annonce
avec son chapelet
de renouveaux
et tant de soucis se fondent
alors dans ces agressions
retrouvées

La végétation hésite
surprise et apeurée
tandis que dans les près
les brebis s’enhardissent
fières de leur toison
pour provoquer le berger

Les névés avancent
décolorant les crêtes
plus bas les plantes parasites
se répandent
pour cacher de la terre
les blessures de l’abandon

Et ce printemps s’entête
avec son cortège
de paradoxes
tandis que s’envolent les vers
dans les chemins doux-amers
de la poésie

11 Figliolu d’ella

Figliolu d’ella
Sì figliolu di meiu
Stampu di dicca ch’o infattai
Vindimiendu l’oriente infucialatu
O tempu beatu

Figliolu d’ella
Sì figliolu di meiu
In le bracce di ogni vuciata
In l’ochji d’ogni aspittera
O tempu di macera

Figliolu d’ella
Sì figliolu di meiu
Ragiu tepidognu inciartatu
Frà l’arrivinte di u sole
O tempu di fole

Figliolu d’ella
Sì figliolu di meiu
Quand’ellu scaglia marzu
In boccamanzuli d’erbavinca
O tempu chì trinca

11 Son Fils

Etant son fils à elle
Tu es aussi mon fils à moi
Estampe de fortune que j’ai trouvée
À l’orient de ta gorge
Ô temps béat

Etant son fils à elle
Tu es aussi mon fils à moi
Dans les bras de toute voix
Dans les yeux de toute attente
Ô temps de larmes

Etant son fils à elle
Tu es aussi mon fils à moi
Un rayon tiède, trouvé
Dans  le va-et-vient du soleil
Ô temps de fables

Etant son fils à elle
Tu es aussi mon fils à moi
Lorsque mars s’écaille
Dans des baîllements de pervenche
Ô temps qui se perd

12 Gradualis

Si hè svinutu dicembre
Lachendu mi vagabondu
E’la mio pena s’hè mondu…

12 Gradualis

Décembre s’est évanoui
Me voilà vagabond
Avec le monde pour peine…