Pè a scusa

Pè a scusa1 – Liberata (paroles)
Il s’agit du générique du téléfilm de Philippe Carrese tourné en Corse et qui met en lumière les relations entre corses et occupants italiens durant la seconde guerre mondiale. Cette chanson a été depuis « convertie » en polyphonie mais il s’agit ici de la version originelle pour voix unique et piano.

2 – Fiure (vertaald)
Chanson extraite de l’album Una tarra ci hè, édité en 1994.

3 – A’ Sergiu (vertaald)
Chanson inédite écrite par Michel Frassati à la mémoire de Serge Martinelli, décédé accidentellement en combattant un incendie en Balagne. Michel avait été l’instituteur de Serge à Nesce.

4 – Tango dell’assenza
Chanson d’amour écrite par Franca Masu, (chanteuse sarde) et mis en musique par Daniele di Bonaventura (bandonéon), qui a enregistré un album en collaboration avec A Filetta et Paolo Fresu (trompette), édité début 2011 par ECM : Mistico mediterraneo

5 – Ma dì ciò ch’è tù voli
Chanson extraite de l’album In l’abbriu di e stagione paru chez Kallisté en 1987.

6 – Cun tè
Chanson extraite de Cun tè édité par Kallisté en 1984.

7 – Mare eternu
Chanson extraite de l’album In l’abbriu di e stagione.

8 – Lisboa, noite triste
Chanson écrite et composée par Jorge Fernando, auteur compositeur lisboète et extraite de son album Vida.

Les voix d’A Filetta
Liberata : Piano : Raoul Duflot-Verez
Fiure, A’ Sergiu, Ma dì ciò ch’è tù voli, Cun tè, Mare eternu : Guitare : Jean-Claude Acquaviva
Tango dell’assenza : Bandonéon : Daniele di Bonaventura
Lisboa, noite triste : Guitare : Jorge Fernando

En cette fin d’année, la formation balanine édite ou plutôt réédite un CD qui était inclus dans son coffret anniversaire Trent’anni pocu, trent’anni assai paru en 2009. Le CD qui s’intitule Pè a scusa est composé de 8 chants dont 3 inédits (A’ Sergiu; Lisboa, noite triste et Tango dell’assenza)


1 Liberata

Alba in le corte nielle
A’ l’orlu di l’esistenza frusta
Spire a parolla ghjusta
Sott’ à una coltra di centu stelle

In la notte imbariata
Ci funu l’omi à viaghjà
L’assaltu era di sperà
E’ scuppiò cum’è una cantata

Antone, Ghjuvanni, Paulu Sà
Numucci chì vinite à gallu
A vostra vita fù rigalu
Fattu ancu à quellu ch’ùn la sà

Machje, cità, doli, surrisi
L’anni sò corsi in lu campà
Ma una pagina si stà
Aparta annant’à i vostri visi.

1 Bevrijd

Aube sur les cours grises.
A l’orée de l’existence usée,
Expire la parole du juste
Sous les yeux d’un ciel étoilé.

Dans la nuit hagarde
Des hommes cheminèrent
L’espoir se changea en assaut
Pour exploser en un chant de joie

Antoine, Jean, Paul-Toussaint
Prénoms qui affleurez nos mémoires
Votre vie, pour tous, fut donnée
Beaucoup ne le sauront pas

Maquis, cités, deuils, courages
Bien des années ont apaisé nos cœurs
Mais une page têtue, elle, demeure
Ouverte à jamais sur vos visages.

2 Fiure

Un vascellu tontu
E’ un marosulu mossu
Cum’è tela slibrata
À un sguardu chì conta
U stampu di una smossa,

Ed eiu à mezu à quessi
Urfagnu di memoria
Calpighjatu in l’andà
Di li ghjorni prumessi
Mare di l’anticoriu,

Un cunvugliu umanu
Persu in lu so rambusciu
Mez’à e cose finite
Mez’à e bughje vite
Passu di ultimu usciu,

E’ u tempu s’hè ammansatu
Adossu à i mio passi
Cum’è a neve in foce
Quandu mancu una voce
Più n’ùn vole sgabbiassi,

Un vascellu tontu
Marosulu di miseria
Imagina di un’alba
Mentre a mio carne calda
N’ùn ghjetta chè materia.

2 Fiure

Un navire qui se cabre
Sur une vague fougueuse
Comme toile qui se déploie
Devant un regard qui porte
L’empreinte d’une révolte

Et moi perdu entre eux deux
Moi dont la mémoire chancelle
Meurtri dans le mouvement
Des jours qui me reviendront
Tels une mer de nausée

Un tumulte d’homme
Et une étrange plainte
Parmi ces choses finies
Parmi ces vies brisées
Ce pas au dernier des seuils

Et ce temps amoncelé
Sur la trace de mes pas
Comme neige sur les sommets
Quand les paroles s’épuisent
Se renferment sur nous

Un navire qui se cabre
Ressac de la misère
Reflet d’une aube qui passe
Tandis que le corps brûlant
Ne vit que par ses plaies.

3 A’ Sergiu

Tù sì natu campagnolu
sbucciatu in la cuccagna
di l’alivi di Balagna
ùn lu senti u paisolu
chì ti pienghje è chì  si lagna
figliulellu di Balagna

Tù currii per e strette
eranu l’ore sebiate
mezu à rise è ciarlate
Tù battii e cullette
Di vaghjime inargintate
cusì care e to cuntrate

ripigliu:
Da u pinzu à a vela u ventu
furiosu è scatinatu
manda via issu lamentu
lamentu di u disgraziatu
in u frombu di u spaventu
da l’umanu stantaratu

Tù sì andatu à a scola
di corsa per a stradella
à latu di to surella
per i chjassi di a scola
erate una manatella
per beie à a funtanella

tù ch’ai scupartu un ghjornu
l’amicizia a più cara
è i canti d’una tarra
tù ch’ai capitu un ghjornu
i culori d’una sarra
è l’adori d’una tarra

ripigliu:
Da u pinzu à a vela u ventu
furiosu è scatinatu
manda via issu lamentu
lamentu di u disgraziatu
in u frombu di u spaventu
da l’umanu stantaratu

Tu ch’ai vulsutu dà
à i toii u t’ardore
E’ po tant’è tantu amore
Tù ch’ai vulsutu dà
Suminatu avii un fiore
ma hè granatu u dulore

3 à Sergiu

Tu es né paysan
Epanoui en ce pays de cocagne
Qu’est l’oliveraie de Balagne
N’entends-tu pas le village
qui te pleure et se lamente
enfant de Balagne

Tu courais dans les ruelles
C’étaient des jours heureux
Entre rires et plaisanteries
Tu écumais les collines
par l’automne argentées
Ton pays t’était si cher

refrain:
Des cimes à la voile le vent
furieux et déchaîné
Envoie au loin ce lamentu
Lamentu du malheureux
Qui fut dans un bruit d’épouvante
Pétrifié par l’homme

Tu es allé à l’école
en courant sur les petites routes
avec ta sœur
Sur les chemins de l’école
vous étiez une petite poignée
à boire à la source

Tu as découvert un jour
l’amitié la plus chère
et les chants d’une terre
Toi qui as compris un jour
les couleurs des montagnes
et le goût de la terre

refrain:
Des cimes à la voile le vent
furieux et déchaîné
Envoie au loin ce lamentu
Lamentu du malheureux
Qui fut dans un bruit d’épouvante
Pétrifié par l’homme

Tu as voulu donner
aux tiens ta passion
et puis tant et tant d’amour
Tu as voulu donner
La fleur que tu avais semée
mais c’est la douleur qui a germé