Tra Noi

Laurent | Suzan | Marilena | Gerda | Françoise | Helen | Gabriele | remerciements | interview Tra Noi

L´Amour, la seule chose qui se double lorsqu´on le partage!

Avec Tra Noi, nous partageons notre amour pour A Filetta, vous trouverez ci-dessous des récits de quelques fans d´A Filetta qui sont d´une manière ou d´une autre liés avec Tra Noi:

Issa lingua di i mei grazia à voi fù quella Chì incantava le sere di a mio zitellina Issa lingua di i mei grazia à voi fù bella Quarit'un'alba di maghju, un sfogu d'albaspina
Cette langue des miens, fut celle qui grâce à vous Ensorcelait les soirs de ma candide enfance Cette langue grâce à vous me paraissait plus belle Qu’une aube au mois de mai, qu'un bosquet d'aubépine
1er couplet de Tra Noi d'album Si Di Mè

Tra Noi – Si di mè

Laurent
Laurent
Après avoir rencontré à maintes reprises les 7 chanteurs et Valérie (qu’il ne faut surtout pas oublier !!!) j’apprécie à juste titre leur humilité, leur gentillesse, leurs chaleureuses accolades et leur envie de rencontre insatiable. L’univers d’A Filetta est fait de rencontres qui se font au fil du temps. Les unes se succèdent aux autres, la seule condition étant de rester ouvert aux autres. J’ai eu l’occasion d’appliquer cette démarche lors de ces dernières années dans ma vie de tous les jours mais aussi pendant les concerts aux quels j’ai assisté. Ce qui est frappant c’est que les fans des différents horizons, pays … que j’ai rencontré étaient tous ouverts aux autres, plein d’enthousiasme, de gaieté… Est-ce dû au phénomène A Filetta ? Je ne saurais l’affirmer mais j’aime choyer cette idée. Beaucoup qui n’auront pas eu l’opportunité de vivre un concert d’A Filetta, auront du mal à me comprendre, me prendront certainement pour un marginal … Qu’importe ! Ceux qui se reconnaissent dans ses propos et se tiendront probablement à mes côtés dans les files d’attente des concerts…

Suzan
SuzanRepensant à ce premier concert je me sens légère et heureuse. Cette première prise de contact fut merveilleuse. Le sentiment est difficile à décrire mais ce qui s’en rapproche le plus c´est l’amour.
A Filetta est bon pour mon cœur. Cela radoucit, c’est sincère et authentique. Je peux m’impatienter de pouvoir écouter leur musique et d’être si touchée que les larmes commencent à affluer.
Quand j’entend A Filetta mon cœur tressaille. En écoutant attentivement les chants je me sens à la maison.

Et puis Tra Noi; “C’est tellement beau, on veut, non, on doit partager”. C’était notre point de départ en automne 2007. Depuis, on partage en quatre langues des textes de chansons, des photos, des comptes-rendus etc… et on partage avec beaucoup de gens. Et cela ne se limite pas à l’internet, nous rencontrons  des fans lors des concerts d’A Filetta, ce qui donne lieu à de nombreux dîners, à boire des pots ensemble pour les après-concerts, à des séjours chez d´autres fans pour aller assister ensemble à de nouveaux concerts. Nous échangeons des mails chaleureux, où il n’est même pas toujours question d’A Filetta…
Entre nous, parmi nous, Tra Noi, des vraies amitiés sont nées!
Marilena
Marilena“Onze” vertaalster Marleen aan het woord:
“C’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur le site de Tra Noi, en naviguant sur les sites de musique corse . J’avais commencé à apprendre le corse et je me cherchais un peu de « matériel à étudier »et ici se trouvaient les textes en corse avec leur traduction en néerlandais ! Pourtant, après avoir fait quelques pas en avant dans l’apprentissage du corse, je m’ aperçus que ces traductions, bien que très poétiques, ne mettaient pas en valeur l’original, étant basées sur une traduction française – donc la traduction d’une traduction… J’ai envoyé un mail avec une traduction d’essai à Suzan et ainsi nous sommes entrées en conversation. Depuis lors, beaucoup de mes traductions ont trouvé  leur place sur le site et avec Suzan et Laurent nous ne parlons plus seulement d’A Filetta !

Il faut savoir que les traductions sont toujours en construction, j’apprends chaque jour davantage et il m’arrive très souvent de revoir ou de corriger une phrase. En traduisant, j’essaie de ne pas m’éloigner trop du texte de base et de ne jamais insérer de trouvailles poétiques personnelles, sauf si ça m’arrive sans réfléchir. Plus tard je voudrais aussi joindre une explication à certains textes où il y a des références à des aspects de la culture ou à des traditions corses qui sont probablement inconnus ici.

Bien sur, les chants impressionnants d’A Filetta vont droit au cœur sans aucune explication. Néanmoins, en écoutant et en traduisant les textes d’A Filetta je n’ai pas seulement appris beaucoup sur la Corse et sa langue, mais la conséquence, c’est que certaines parties de moi-même se sont épanouies après avoir été verrouillées pendant de longues années. Cette partie qui nous permet de nous ouvrir le cœur à l’autre, de partager, de donner… Et puis cette partie où se trouvait enfermée la sagesse de mon père, qui, né pendant la Première Guerre mondiale et ayant participé à la résistance néerlandaise pendant la Deuxième, mourut lorsque j’avais quinze ans… A Filetta exprime à mon avis très souvent parfaitement toutes les valeurs pour lesquelles il a lutté et surtout que c’est extrêmement important de ne pas oublier – aussi bien ce que nous a appris ce passé pas si lointain (Meditate !) que la sagesse de tous nos ancêtres (Iè, sò anticogna… !). Et tout cela sans jamais perdre de vue le présent et l’avenir…

Amicizia, Marilena”
Gerda
Gerda

Tra noi
a passione sparta
pè a vita in musica
di e sette omi,
è una donna…

Tra noi
l’estru d’accumpagnà
l’andati di e so voce
pèr cità è paesi,
è in mente…

Tra noi
u piacè, a gioia
di stà à sente i so canti
tra i sette
è tra u mondu…

Tra noi
a voglià di isse pagine,
di tramandà à voi
issu piacè, issa gioia,
cum’è l’estru è passione
in parulle, fiure
per « tutte » e lingue…
pè A FILETTA

cumè a filetta:

fibra pè fibra di a so terra ràdica
cù a so forza di u prufondu
à la filigrana

voce alzate di a terra
di u prufondu à l’alt’armunia
cù a richezza di purezza
chì ti parla à l’arechja, à a pelle
chì ti tocc’à u fondu di u to core

unità tralinta in puli-funia
chjama è carezza rispondenu à u mondu
sin’à l’orizonte, in meludie
chì ti guidanu

è ùn ti scurdà di a filetta
chì spuntà di a petra è di l’acqua
cu a speranza di a memoria
cum’e rifugiu pè oghje è dumane
è da ùn scurdàssi mai
di a filetta…

Entre nous
la passion partagée
pour la vie en musique
de sept hommes
et une femme…

Entre nous
l’envie d’accompagner
les traces de leurs voix
par cités et pays
et en pensées…

Entre nous
le plaisir, la joie
d’écouter leurs chants
entre eux, à sept
et avec le monde…

Entre nous
la volonté de ces pages
à vous transmettre
ce plaisir, cette joie,
comme l’envie et la passion
en textes, en images
par « toutes » les langues
pour A FILETTA

comme à filetta (la fougère)

fibre par fibre dans sa terre enracinée
avec sa vigueur du profond
jusqu’aux bouts fragiles

voix qui s’élèvent d’une terre
de sa profondeur aux hautes harmonies
avec la richesse de la pureté
qui te parle aux oreilles, à la peau
qui te touche au fond du cœur

unité absolue en polyphonie
cri et caresse comme réponse au monde
jusqu’à l’horizon en mélodies
qui t’accompagnent

et n’oublie pas la fougère
qui pousse des pierres et de l’eau
avec l’espoir de la mémoire
comme refuge pour aujourd’hui et demain
pour ne jamais oublier
la fougère…

Françoise
“L’effet A Filetta”

C’est à Calvi, lors des Rencontres Polyphoniques de septembre que j’ai eu le bonheur de rencontrer Suzan et Laurent Lohez. Une fois de plus, au coeur de la citadelle corse, j’ai découvert de nouveaux adorateurs de la Fougère qui écument eux aussi, quand ils le peuvent,  tous les lieux où les voix magiques d’A Filetta offrent leurs chants en cadeau !
Il faut se rendre à l’évidence, des fous de cet ensemble musical inouï, il y en a partout !
L’effet A Filetta, c’est çà, cette incroyable magie de rencontres improbables, de retrouvailles joyeuses et festives, simplement par la grâce de leurs concerts. Ils sont un inégalable catalyseur d’amitié !
Des liens profonds se sont tissés par delà les frontières, mais sans A Filetta, cela ne serait pas. France, Pays-Bas, Allemagne, Angleterre, ailleurs à venir, c’est un bonheur en marche permanente.
Et, miracle des temps modernes, hors les rassemblements, la frustration d’être absente d’un spectacle, s’estompe (un peu) à la lecture des comptes-rendus dévorés avec avidité sur Tra Noi (et l’Invitu de Jean-Claude) !
Sous la pression amicale de webmasters convaincants, nul ne peut échapper à sa mission : dire, dire et redire que le concert qu’on a manqué, c’est idiot, mais c’était le plus beau du monde et qu’on a bien pensé à nous!!!
A bientôt mes si chers amis, septembre approche, j’ai hâte des vous serrer dans mes bras et de boire une Pietra en dégustant quelques charcuteries  et fromages locaux en attendant le prochain concert du soir !

Elisabeth
elisabethMa première rencontre avec A Filetta  eut lieu au top de la citadelle de Calvi dans la cathédrale St-Jean-Baptiste,  durant la deuxième semaine de septembre 1995. Ma mère et moi avions obtenu les toutes dernières cartes pour un concert de polyphonies Bulgare et Corse qui faisaient partie du festival Rencontres de Chants Polyphoniques.
Après 10 ans d´absence, nous revenions sur le lieu où, enfant, j´étais venu 11 fois avec ma famille. J´avais peur d´être déçue – on garde nos souvenirs toujours plus gros et plus beaux – ce  ne fut pas le cas, plus encore dès mes premiers pas sur le sol Corse, je fus saisie par l´odeur enivrante du maquis, je me sentais immédiatement à la maison et j´étais sure que je reviendrais rapidement sur cette île pour la découvrir plus encore.
En voyant l´annonce des Rencontres et du concert avec de la musique Corse,  ma curiosité a été éveillée et nous décidions d´y aller. Je ne savais pas à quoi nous devions nous attendre. Comme nous étions les dernières à pénétrer dans la cathédrale, nous n´avions pas de places normales – nous étions derrière un pilier, dans un coin, sur le sol, sans avoir vue sur le podium et ses intervenants – mais ce n´est pas pour autant que notre attention fut moindre. En entendant les premiers sons, j´étais bouche bée, aussi bien la langue que la manière de chanter et la musique étaient pour moi complètement nouvelles, quoiqu´en même temps familieres et semblait tout naturellement se prêter à cet environnement aussi bien à l´intérieur de la cathédrale qu´à l´extérieur.  J´entrais dans une étrange et agréable sorte de concentration, j´en oubliais les très durs carreaux sur lesquelles nous étions assises, j´étais emportée dans tous les coins de l´église.  Le matin suivant, le jour de notre départ, je me suis précipitée chez le disquaire de Calvi, et après mes explications sur cette particularité à laquelle j´avais assistée lors de la soirée précédente au top de la citadelle, om me mit entre les mains 2 CD, Ab Eternu d´A  Filetta et Catena de Chjami Aghjalesi. Un bel ensemble pour commencer. Arrivée à la maison, je fus dans un premier temps un peu déçue par Ab Eternu. C´était un beau souvenir de cette soirée très spéciale, ma chambre était loin de ressembler à la cathédrale, la musique ne sortait que de simples haut-parleurs, l´effet était nettement moindre.  Jusqu´au dernier chant du CD, Sumiglia retentit. Encore cet effet, bouche bée, je fus frappée comme par la foudre.
Entre-temps A Filetta n´a pas stagné, beaucoup de nouvelles musiques ont été ajoutées, principalement des créations qui leur sont propres, beaucoup de nouvelles collaborations aux quelles je n´ai malheureusement pas pu toutes assister en Live, mais grâce à Tra Noi, j´ai pu suivre tous les évènements majeurs. Après toutes ces années, l´effet de la musique d´A Filetta reste immuable, bien entendu il est plus fort lors des concerts Live:  je suis saisie et emmenée, les tensions disparaissent de mon corps, la musique me touche et me réconforte.

Helen

HelenVoyageurs du temps
Au travers de la musique, Ken et moi voyageons. Nous voyageons dans le Monde entier et dans le temps,  nous aimons notre musique récente mais aussi très ancienne.

Musique du monde et musique traditionnelle sont particulièrement importantes pour moi. J´ai le sentiment que cela nous aide à comprendre d´où nous venons, à nous reconnecter avec notre passé et à mettre en place le présent. Mais je crois très sincèrement que la musique devrait être un moyen d´expression vivant, que les « racines » de la musique devrait évoluer et se développer pour exprimer notre culture moderne, pour parler de nos espoirs actuels, de nos aspirations, et être le reflet de la créativité « d´aujourd´hui » comme celle « d´hier ».

Lorsque nous nous sommes rendus en Corse, nous, comme beaucoup d´autres avant nous, avons découvert cette musique qui retransmet toutes ces choses, qui fend le cœur et qui vous ferez vendre votre âme.  Comme les fidèles de Tra Noi le savent déjà, la tradition Corse  ressort d´un puits profond de culture musicale, et exprime la quintessence  de l´âme Corse, révélant tant de choses sur l´histoire, la culture, l´émotion et la philosophie  Corse.

La musique d´A Filetta est issue de cette tradition,  elle nous parle à tous deux d´éternité, de la Méditerranée, d´îles, d´isolement et de conquête, d´églises et de villages – une expérience musicale à vous en donner des frissons dans le dos.

Mais si A Filetta m´émeut tant c´est parce qu´ils n´ont pas peur de reconnaître leur modernité et leur avenir.  Ils couvrent différentes formes d´art, différentes cultures avec enthousiasme, avec sympathie et compréhension, et leur musique continue à nous inspirer, à nous émouvoir et à nous toucher.

Cela nous connecte au passé mais nous pousse vers l´avant, nous montrant le meilleur que nous ayons actuellement et les possibilités de l´avenir.

C´est comme le meilleur d´une relation, à la fois enrichissante et problématique, réconfortante mais stimulante. Bonne écoute.
Bona ascolta.
Gabriele
GabrieleA Filetta – meer dan muziek alleen
A Filetta – beaucoup plus que de la simple musique
Mai 2010. C’est le dernier soir de notre premier séjour en Corse. Pendant deux semaines nous avions lu toujours les mêmes noms sur les affiches annonçant des concerts polyphoniques à Calvi, et j’avais pensé que c’était peut-être des concerts de routine pour les touristes. Mais tout d’un coup, une autre petite affiche discrète était apparu: “A Filetta”. Cela pourrait être quelque chose d’original, pensais-je. Quelle bonne décision! C’était original, mais c’était aussi de classe mondiale, c’était l’art du chant sublime, mais c’était aussi beaucoup plus que ça!
Sept hommes, très concentrés, chantaient a cappella des séquences de notes qui sonnaient d’abord étranges à mes oreilles, mais qui étaient pourtant tellement  émouvantes qu’elles touchaient mon cœur, et je fermais à plusieurs reprises les yeux pour profiter pleinement du chant. La paghjella était particulièrement exotique pour moi, et la mimique extrêmement expressive de Jean-Claude était inhabituelle à première vue. Mais la pureté et la beauté de cette polyphonie impressionnait dès le début mes oreilles encore inexpérimentées. Et ce qui me touchait profondément, c’était l’attitude calme et modeste de ces hommes, qui étaient là, debout, et chantaient, s´écoutant attentivement les uns les autres, et mettant leur individualité à la disposition de l’ensemble.  Pendant deux semaines nous avions cherché la Corse pour ne trouver que la France. Cette dernière soirée, la Corse s´ouvrit à moi.
De retour en Allemagne, les CDs et les DVDs que je me procurais sur Internet m’aidaient à rattraper cette immersion dans la culture corse, et je saisissais de plus en plus la beauté naturelle de cette musique. Depuis, les CDs d’A Filetta m’accompagnent toujours. Des fois, les couleurs musicales de Sì di mè  ou de Don Juan m’enchantent à nouveau, des fois, je me réjouis de l’architecture polyphonique si riche des chants comme Benedictus, Sub Tuum ou Meditate, et des fois, je me plonge encore une fois dans les profondeurs de Médée ou de Di Corsica Riposu. Mais au-delà de la musique, A Filetta représente aussi pour moi l’exemple d’une humanité particulièrement profonde, qui est marquée par la sincérité et la modestie. Il n’y a rien de plus précieux.

Remerciements…

Tra Noi veut ici remercier toutes les personnes qui ont collaborés à ce site, les autres personnes que nous voulons remercier pour le partage de traductions, comptes-rendus, articles de journaux, de photos, pour leur aide et passion!

Marilena Verheus, Jean-Claude en Anne-Marie Casanova, Gerda Kuhn, Cathy Rocchi, Sabine Grenard, Helen Neve en Ken Owen, Christina Kremer, Françoise Coulomb, Frans Dingemanse, Elisabeth Melchior, Ursula Gloeckner, Gabriele Mertens, Ep Meijer, Martijn la Feber, Jean-Luc Geronimi, José Filippi, Ceccè Acquaviva.

Un grand merci à Valérie Salducci!
Nous remercions tout particulièrement:

 

A Filetta©didier.d.daarwinStéphane, Maxime, Jean, Paul, François et Jean-Claude
les personnes a qui est dédié ce site.

Interview avec Tra Noi avril 2011

Une interview de Tra Noi, nous ne savions pas ce qui nous arrivait. Cette fois-ci, nous n’étions pas ceux qui posaient les questions, mais nous étions ceux à qui les questions étaient posées. Ce fût André Carli van « Association Actualité Corse de la Précarité » qui nous posa les questions sur notre passion.

Expliquez-nous plus en détails votre passion pour le groupe ” A Filetta”, comment est-elle née ?
Suzan: Nous nous sommes déplacés à Paris avec des amis, ils étaient depuis longtemps fans d´A Filetta, et nous voulions voir ces Corses par nous-mêmes.
Laurent: Le but, c´était A Filetta, Paris c´était un supplément agréable.
Suzan: Ce qui s´est passé… dans cette salle, ces 7 hommes sont entrés directement dans mon cœur. La langue qu´ils chantaient je ne la connaissais pas, je ne pouvais rien en faire, mais d´une façon ou d´une autre, j´ai compris exactement ce qu´ils chantaient.
Laurent: J´ai été surpris par le silence qui régnait dans cette salle, je n´avais jamais vécu cela auparavant, tellement humble, tellement beau. J´ai été ému par la musique venant de la scène, à la fin du concert, nous voulions les voir, leur parler.
Suzan: Laurent marcha résolument vers une porte, elle semblait ouverte, et d´un seul coup nous étions dans les coulisses, les chanteurs étaient quelque peu surpris, mais ils furent plus surpris encore d´apprendre que nous venions des Pays-Bas pour assister à leur concert de Paris…
Laurent: Et c´est là que la passion est née, les chanteurs qui sur scène avaient clairement un message à faire passer, et qui en coulisses étaient si modestes et si chaleureux, comme si nous étions accueillis à bras ouverts.
Suzan: Après Paris j´étais amoureuse, amoureuse d´A Filetta, de leur musique, de la  Corse (où je n´étais encore jamais allée), je ne peux pas l´expliquer mais c´est ce que je ressens.
Je les appelle de temps à autres “mes 7 anges”, c´est ce que je ressens!
 
Comment vous est venue cette idée de leur dédier un site internet ?
Laurent: Ce concert était tellement impressionnant, c´était tellement beau que l´on voulait le partager, on ne pouvait pas le garder pour nous.
Suzan: En Français, il y avait déjà des choses sur internet, mais en Néerlandais rien, et comme dans la même année (2007) ils devaient se rendre aux Pays-Bas, c´était l´occasion de créer un site internet, en fait nous ne pouvions pas faire autrement.
Laurent: Aucun de nous ne savait comment concevoir un site internet, alors nous nous y sommes plongés, nous avons fait un travail gigantesque, en premier en récoltant des informations, mais surtout avec un travail de traduction, et comme je suis le seul Français de la compagnie, j´ai fait toutes les traductions.
Suzan: La première version du site ne comprenait que 6 pages, c´est peut-être intéressant de savoir qu´au jour d´aujourd´hui le site compte 408 pages, et nous continuons à grandir.

Depuis la création de ce site, avez-vous reçu des retours de la part du groupe ou de son entourage ?
Laurent: Certainement, depuis le début, nous sommes régulièrement en contact, nous avons reçu  beaucoup d´informations et de photos.
Suzan: Pendant les concerts qui eurent lieu aux Pays-Bas, le groupe nous a donné une interview, nous avons aussi été invités à manger avec eux, à assister aux balances.  J´étais très fière lorsque Laurent a pu traduire ce que Jean-Claude Acquaviva a dit pendant les concerts (il s´adresse au public en Corse et en Français).
Laurent: Nous sommes toujours régulièrement en contact, nous sommes naturellement toujours curieux des dernières informations. Et à un concert, nous avons toujours l´occasion pour une embrassade et pour converser.
 
Quand la version Allemande du site sera lancée ?
Laurent: Cette question est pour le webmaster!
Suzan: hum, ca c´est top-secret 😉 Mais je peux quand même dire que la version Allemande est dans la phase des vérifications.
 
Comment vous est venu le projet d’appeler ce site “Tra Noi” ?
Suzan:  Ce fut l´idée de Laurent, nous voulions un titre d´une chanson d´A Filetta.
Laurent: C´est le double sens de Tra Noi qui m´a donné l´idée. Tra Noi signifie, entre nous, avec l´idée de commencer un site internet ensemble, cela se passe entre nous. Mais aussi, littéralement, la distance entre la Corse et les Pays-Bas.
En plus de cela, c´est un magnifique chant issu de l´album Si di mè, un chant que nous avions entendu pour la première fois à Paris.
 
A combien de concerts du groupe avez-vous assisté ?
Laurent: Je pense que nos 4 mains n´ont pas suffisamment de doigts pour compter tous les concerts…
Suzan: Je ne les ai jamais comptés, mais nous sommes allés à Paris, nous avons arrangé nos vacances pour aller les voir à Lörrach (Allemagne), nous avons fait l´aller-retour pour Dusseldorf, nous avons pris le train pour le concert de Londres, et nous essayons d´aller chaque année aux Rencontres de chants polyphoniques de Calvi… De toute façon, ce mois-ci, 6 concerts s´ajouteront à la liste, en vue d´une collaboration spéciale entre A Filetta et le Nederlands Blazers Ensemble (Ensemble de cuivre Néerlandais)!
 
Enfin dernière question, que souhaitez-vous dire aux autres fans du groupe qui peut-être vous liront… ?
Suzan: Nous partageons, c´est ce que nous faisons, soyez libre de prendre contact pour une question ou pour une idée, je me réjouis des e-mails enthousiastes des visiteurs de Tra Noi que nous recevons régulièrement. Laurent et moi avons tous les 2 un travail, nous faisons le site uniquement par passion, pour partager A Filetta avec le Monde entier!
Laurent: Je veux simplement dire : Regardez, écoutez, lisez et savourez !