Di Corsica Risposu

À Nicolas Acquaviva, à Nicolas Mancini, ce requiem

O’notte di i mei
Bocca senz’età
hè dunque vera chì l’orma toia
In lu nostru fiatu si stà ?
O’nuit des miens
Bouche sans âge
Est-il donc vrai que ton empreinte
Habite notre souffle ?

Di Corsica Riposu, Requiem pour deux regards
Lorsque le chant évoque la mort, ne célèbre-t-il pas la vie ?
“ce qui ne meurt pas ne vit pas” (Jankélévitch)

Di Corsica Riposu, Requiem pour deux regards1 – Di Corsica Riposu (paroles)
2 – Miserere
3 – Notte Tralinta (paroles)
4 – Subvenite
5 – Requiem
6 – Kyrie
7 – Dies Irae
8 – Tuba Mirum
9 – Rex Tremendae
10 – Lacrymosa
11 – Figliolu d’ella (paroles)
12 – A’Mente
13 – M’aviate dettu (paroles)
14 – Meditate (paroles)
15 – Domine
16 – Nanzu à Sanctus
17 – Sanctus
18 – Pater Noster
19 – Nanzu à Agnus Dei
20 – Agnus Dei
21 – Altrunimu (paroles)
22 – Lux Eterna
23 – Libera me
24 – Da cirone (paroles)


1 Di Corsica Risposu

Una leva tira avanti è un’antra li s’affacca
E’ a terra, ella, hè rimanenza sempre.
Si pesa u sole, si ciotta u sole
E’ i so suspiri sò i ribombi senza più fine
Di tanti giri è rigiri di soiu.
Move u ventu à miziornu, trinca u ventu ad’ ambarscia
Eppò volta è torna à piglià e so vie prime.

I fiumi tutti si lampanu in mare
E’ u mare ùn hè rughjulu,
E’ i fiumi sempre battenu a so trifuna.
Di u più anticu si ne scordanu l’omi
E’ ciò chì accadarà ùn lasciarà vistiche
E’ viaghjanu tercane e nebbie à e nebbie intricciate.
Ma dolce hè a luce è dolce hè assai à l’ochji di fidighjà lu sole.

S’ellu invechja cent’anni un omu
Ch’ellu si ne rallegri di tamanta vita
Ma ch’ellu ùn si smintechi di i ghjorni tenebrosi à vene
Chì tuttu ciò chì vinarà ùn sarà cà nebbie annose
A’ nebbie nove ingarmigliate.

Texte : tiré de L’ecclésiaste

1 Di Corsica Risposu

Alors qu’une génération s’efface, une autre surgit
Et la terre elle, est permanence
Le soleil se lève, le soleil se couche et ses soupirs
Sont les échos répétés de tant et tant de ses détours.
Le vent naît au sud, le vent tourne au nord
Puis revient toujours sur ses propres pas.

 

Tous les fleuves vont à la mer
Et la mer n’est jamais emplie
Et les fleuves toujours vont en procession.
Les hommes oublient ce qui fut
Et ce qui sera ne laissera pas de vestiges
Demeurent souveraines les nuées aux nuées mêlées.
Mais la lumière est douce et il est doux aux yeux de contempler le soleil

 

Si un homme vit cent ans,
Qu’il se réjouisse d’une si longue vie
Mais qu’il n’oublie pas les jours ténébreux à venir

Car tout ce qui lui succède n’est que nuées
Et nuées encore

3 Notte Tralinta

A notte tralinta cerca a so strada
Framezu à e mio rime in forse
Ma dunde la manu corse
ùn sò cà ferite di stillarie incerte.

Da chì pattu sò natu è vò
A’ timone estrosu
E’cecu à a funa ?
Vai, veni, veni, vai
Fideghja lu sole
Abbada a luna
Forse ti diciaranu chì
Di notte à celente, Ti n’hà da mancà una

Ore attuscate
Da ciochi silenzii
Corbi licenzii
Quand’è vo vi n’andate
Un acellu si stà
Chjuchjulendu in u mio core
A sà ch’ellu deve more
Centu volte hè mortu digià

Hè andatu u tempu
à impachjà si in i libbri

E’di noi hè firmatu
ciò chi un erede pensa

Un andatu, un’erta
Una fiarata intensa
E’nant’à l’allusingà
Una nivaghja, immensa.

E sette sò à sunà
E’s’arremba lu ghjornu
A’e quatrere, lose
D’un vechju aspittà
Quindi si scrive una vita
Si sarà tortu un pinsà ?
Dumane sarà torna
Dumane fù digià

3 La nuit complice

La nuit complice se fraie un chemin
Entre mes rimes à leurs doutes suspendues
Mais là où la main courut
Seules trônent des blessures de cieux incertains.

A quel pacte étrange
Dois-je d’être ici,
Moi qui hante le vent et
Que le soleil pourchasse.
Tiraillé par les exigences de l’être,
Au fond, j’attends peut-être
La venue de la seule nuit étoilée
Qui va véritablement me manquer

Venins, heures
Qui gisez aux fonds de silences enivrés,
De corbeaux adieux
Rythment vos départs
Un oiseau est là
Qui chante en mon cœur
Il sait qu’il faudra qu’il meure
Il est cent fois mort, déjà.

Le temps s’est fourvoyé
Dans des livres et leurs pages beiges
Et de nous ne demeure
Que la pensée printanière
D’un héritier. Un chemin étroit, une falaise
Un immense brasier
Et sur la peau de nos illusions
D’abondantes chutes de neige.

Sept heures
Et le jour s’entête
Aux angles de pierres, louanges
D’une longue attente.
Ici s’écrit une vie
Naufrage d’une pensée ?
Demain sera encore
Demain a déjà été

11 Figliolu d’ella

Figliolu d’ella sì figliolu di meiu
Stampu di diccia
Ch’o infattai vindimiendu
L’oriente infucialatu
O tempu beatu !

Figliolu d’ella sì figliolu di meiu
In le bracce d’ogni vuciata
In l’ochji d’ogni aspittera
O tempu di macera !

Figliolu d’ella sì figliolu di meiu
Ragiu tepidognu inciartatu
Da u mo pettu in anda
Frà l’arrivinte di u sole
O tempu di fole !

Figliolu d’ella sì figliolu di meiu
Quandu sgrumbulata si l’ora mene
Da mette in bruma i sonnii ch’omu impitrava
O tempu chì scava !

Figliolu d’ella sì figliolu di meiu
Quand’ellu scaglia Marzu
In boccamanzuli d’erbavinca
O tempu chì trinca !

11 Toi qui es son fils

Toi qui es son fils, tu es aussi le mien
Empreintes du bonheur
que je découvris

En vendangeant l’orient de vos gorges
À l’heure où se réjouit l’âme

Toi qui es son fils, tu es aussi le mien
Dans les bras de chaque rumeur
Dans le regard de chaque attente
À l’heure où les hommes bâtissent

Toi qui es son fils, tu es aussi le mien
Rayon de tendresse qui m’a transpercé
Alors que je cheminais
à travers la course du soleil

À l’heure où se dévident les contes

Parce que tu es son fils, tu es encore le mien
Quand Saturne à l’affut nous arrache
Les rêves que nous avions tissés
A l’heure où il faut entrouvrir la terre

Parce que tu es son fils, tu es toujours le mien
Lorsque mars exténué
S’abîme dans un bâillement de pervenche
A l’heure où le temps s’égare !

13 M’aviate dettu

M’aviate dettu
Chì e vintere vanu à more
In bocca à Diu
M’aviate dettu ch’in ogni addiu
Si pienghje ma si spere

M’aviate dettu
Ùn hè di nimu lu pane
Hè divizia a terra
M’aviate dettu chì ogni guerra
ùn cunnosce lindumane

M’aviate dettu
U tempu n’ùn manca
Quandi a vita và
M’aviate dettu ch’ùn ci hè cantà
Chì dica a to voce stanca

M’aviate dettu
Ma pè chì pace fù
E’ pè chì furtuna ?
M’aviate dettu, andata a luna
À luce sì tù !

13 Vous m’aviez dit

Vous m’aviez dit
que les vents vont et meurent
dans la bouche de Dieu,
Vous m’aviez dit qu’en chaque adieu,
On pleure mais espère.

Vous m’aviez dit
le pain n’appartient à personne
et la terre est abondance
Vous m’aviez dit que chaque guerre
est sans lendemains

Vous m’aviez dit
le temps ne manque jamais
au temps d’une vie qui va
Vous m’aviez dit la fatigue n’est rien
lorsque chante une voix

Vous m’aviez dit
oui mais pour quelle paix,
et pour quelle espérance ?
Vous m’aviez dit la lune partie
c’est toi notre chance !

14 Meditate

Voi che vivete sicuri
Nelle vostre tiepide case,
Voi che trovate tornando a sera
Il cibo caldo e visi amici :
Considerate se questo è un uomo
Che lavora nel fango
Che non conosce pace
Che lotta per mezzo pane
Che muore per un sí o per un no.
Considerate se questa è una donna,
Senza capelli e senza nome
Senza piú forza di ricordare
Vuoti gli occhi e freddo il grembo
Come una rana d’inverno.

Meditate che questo è stato :
Vi comando queste parole.
Scolpitele nel vostro cuore
Stando in casa andando per via,
Coricandovi alzandovi ;
Ripetetele ai vostri figli.

O vi si sfaccia la casa,
La malattia vi impedisca,
I vostri nati torcano il viso da voi.

14 Meditate

Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c’est un homme
Qui celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui pour un non.
Considérez si c’est un femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu’à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
comme une grenouille en hiver.

N’oubliez pas que cela fut,
Non, ne l’oubliez pas;
Gravez ces mots dans votre coeur.
Pensez-y ches vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant,
Répétez-les à vos enfants.

Ou que votre maison s’écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.

21 Altrunimu

T’anu cercu le mio lune
In e pende di a notte
Ma ùn anu inciartatu
Cà ghjarghje di sonnii infantimati.
Altrunimu !

Spatanscia u sole appossu à u ghjornu reiu
Mentr’elli vanu i nucenti annant’à e so strade di ritornu prive.
Di u nulla,  sò i guerrieri di u sempre
Colti nant’à l’esistenze sfiatate.
Vita di battaglie
è battaglie di vita !

Mi rode l’esiste
E’vita mi tesse
Ci hè u fussi statu è l’esse
E’luce à mai viste
L’anima mi cotre
Sbarsatu u pientu
O s’o Fussi neve, s’o fussi ventu
E’ombra chì n’ùn s’imbotre.

O notte di i mei
Bocca senz’età
Hè dunque vera chì l’orma toia
In lu nostru fiatu si stà

Mi si paria di cunnosce l’ore di l’ora
Ma s’hè arrivigliatu lu tempu
A’ e muraglie guarce d’un tempiu chì more
E’ sarza à mè
corciu lampu, tintu core !

Eternità paziente chi vindemii
L’omi assuliati è briachi di
Sonnii culor’di tempu
Ascolta :
Fà ti parolla incristata si
Trà u spietatu è noi,
Sullati incarugniti si
In l’aspittà troppu

21 Altrunimu

Mes lunes t’ont cherchée
Dans les rameaux de la nuit
Mais elles n’ont croisé
Que des éboulis de rêves fiévreux.
Personne d’autre !

Adossé au jour coupable, le soleil s’essouffle
Tandis que les innocents vont par les routes
Privées de tout retour.
Du néant, ils sont les guerriers de toujours
Cavaliers d’existences éreintées.
Vie de batailles
Batailles de vie !

Exister me ronge
Et me tisse de vie.
Ce que j’aurais aimé être,
ce qui est…
Et ces lueurs vues à jamais.
De pleur versé, l’âme gèle
Ah si je pouvais être de neige ou de vent
Pas une ombre gorgée d’ombre.

O nuit des miens
Bouche sans âge
Est-il donc vrai que ton empreinte
Habite notre souffle ?

Des heures, je pensais connaître l’heure
Mais le temps s’est ridé
Aux murailles borgnes d’un temple qui se meurt
Et me reprise
Piètre éclair, pauvre cœur !

Patiente éternité,
Toi qui vendanges les fils du soleil
Ivres de rêves couleur de temps,
Ecoute :
Fais toi verbe nu
Entre l’impitoyable et nous,
Pauvres soldats désœuvrés
Par la trop longue attente.

24 Da cirone

Annuchjatu,
L’esiste hè sponda avvilinata
In cima à u paradisu
Di qualchì pinsà utule.
O s’entre per amore
O si stà fora, pè forza.
Intantu,
Da cirone
In perpetuu,
Ci si cunsuma omu.

24 Da cirone

Sise sur les crêtes,
de quelque penser utile
Erigé en paradis,
Maudite est l’existence.
On y pénètre par amour
Ou l’on y git au seuil,
Forcément.
En cette perpétuelle attente
L’homme,
grand cierge s’y consume.