Una tarra ci hè

1- E’puru simu qui (paroles)
texte:Jean-Claude Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

2- Una tarra ci hè (paroles)
texte :Jean-Claude Acquaviva  musique : Jean-Claude Acquaviva

3- A Paghjella di L’Impiccati (paroles)
texte : Ghjuvan-Teramu Rocchi musique : Jean-Claude Acquaviva

4- Trè (paroles)
texte :Jean-Claude Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

5- Malanni (paroles)
texte: Ghjacumu Fusina musique : Jean-Claude Acquaviva

6- Sò l’omu (paroles)
texte: Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

7- Fiure (paroles)
texte: Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

8- A Muntagnera
texte: Marcellu Acquaviva di l’Acquale musique : Jean-Claude Acquaviva

9- A’l’acula di Cintu (paroles)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

10- U lamentu di Maria
texte : Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

11- Da grande
texte : Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

12- L’ombra murtulaghju (paroles)
texte : Marcellu Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva

13- Eo sai (paroles)
texte : Jean-Claude Acquaviva musique : Jean-Claude Acquaviva


1 E’puru simu qui

Timpeste d’Oriente
È straziata ghjente
È puru simu qui …

Genuvesi i cummerci
È mattane di tempi guerci
È puru simu qui

Crucetta assuffugata
È brama crucifissata
È puru simu qui …

Francisata feroce
È populi senza voce
È puru simu qui …

Quatordeci ùn li dicia
Tant’anni di caristia
È puru simu qui …

Partanze è spalluzere
È sole ch’ùn dà più spere
È puru simu qui …

Cità di u San Rimore
Ruchjate senza pastore
È puru simu qui …

A’ e lenze di l’abbandonu
A machja chere perdonu
E’ puru simu qui !

1 E’puru simu qui

L’Orient, ses tempêtes
Et ses hommes martyrisés
Et pourtant…

Le mercantilisme de Gênes
Epidémies des temps obscurs
Et pourtant…

Crucifié l’espoir suscité
Par la révolte d’ « a Crucetta »
Et pourtant…

« Pacification » féroce
Qui laissa les peuples sans voix
Et pourtant…

Quatorze n’avouiat pas
Tant d’années de profonde misère
Et pourtant…

Eclatement, exil
Sous des cieux à jamais couverts
Et pourtant…

Des cités vouées au bruit
Lorsque doucement les campagnes expirent
Et pourtant…

Le maquis gagne et demande pardon
Aux terres que nous avons abandonnées
Et pourtant nous sommes !

2 Una tarra ci hè

Una tarra ci hè per voi
Di lacrime d’invernu
D’ore chì vanu in darnu
E’ di luce chì piglia fine
Toccu Sittembre, dolce cunfine.

Una tarra ci hè per voi
Di sarre impaurite
Di caghji annant’à e dite
Omi in tana è frastoni
Quandu s’incroscanu i toni.

Una tarra ci hè per voi
Fragata da l’arsure
Brusgiate da e cutrure
Spusalizia d’Eternu
Trà notte è fede, è infernu.

Una tarra ci hè per voi
Di mare, monde è disertu
Di sfide è danni à ch’ùn hà apertu
E calle di l’amicizia
Una tarra ci hè … Divizia !

2 Il y a une terre
Il y a pour vous une terre
Faite d’hivers qui pleurent
Une terre où des heures passent sans compter
Même lorsque septembre revient
Trahir chaque lumièrePour vous, il ya une terre
Peuplée de montagnes inquiètes,
De mains meurtries et d’orages
Furieux de n’avoir pas surpris
Les hommesIl y a pour vous une terre
Mordue par les journées brûlantes
Et le froid de ses nuits sans fin
Une nuit où s’épousent éternellement
Et la nuit et la foi et l’enfer.Pour vous il y a une terre
Mer, invasions, désert
Une terre qui se donne
Que lorsque cèdent les digues de l’indifférence
Il y a une terre… c’est tout !
3 A Paghjella di L’Impiccati

Sè vo ghjunghjite in Niolu
Ci viderete un cunventu
Di u tempu u tagliolu
Ùn ci n’hà sguassatu pientu
Eranu una sessantina
Chjosi in pettu à u spaventu

Dopu stati straziati
Da i boia o chì macellu
Parechji funu impiccati
Ci n’era unu zitellu
L’anu tuttu sfracillatu
E’di rota è di cultellu

Oghje chì hè oghje in Corsica
Fateci casu una cria
Si pate sempre l’angoscia
Intesu dì Marcu Maria
Era quessu lu so nome
Mancu quindeci anni avia.

3 La paghjella des pendus

Si vous passez dans le Niolu
Vous y verrez un couvent
Le passage du temps
N’a pas effacé les pleurs
Ils étaient une soixantaine
L’épouvante au cœur

Après avoir été torturés
Par les bourreaux, oh quel massacre !
Quelques-uns furent pendus
Il y en avait un tout jeune
Ils l’ont tout déchiqueté
Par la roue et par le couteau

Aujourd’hui, si vous êtes à Corscia
Prêtez-y attention
On perçoit toujours l’angoisse
A la seule évocation de Marcu Maria
Car tel était son nom
Il n’avait même pas quinze ans.

4 Trè

Da ghjorni in quà piuvia annant’à i chjassi
E si sintianu i so passi
Accarizzà e tarre croscie

Ripigliu :
Ad’ arricoglie u suspiru
Sò ghjuntij, eranu trè :
Un frate vechju un’ ombra è un rè

L’anu visti i paisani francà i ghjargali è e mure
A l’albighjà, à l’ore mature
A’ Salmi scuri mutulati

Ripigliu :
Ad’ arricoglie u suspiru
Sò ghjuntij, eranu trè :
Un frate vechju un’ ombra è un rè

E bande di cignali abbadavanu arrese
U rispiru di quelle stese
Persu ind’è e valle piatte

Ripigliu :
Ad’ arricoglie u suspiru
Sò ghjuntij, eranu trè :
Un frate vechju un’ ombra è un rè

Daret’à a vulelle chjose, tanti panni sò à asciuvà
Qual’hè chì i pigliarà
Fintantu ch’elli ùn sò passati

Ripigliu :
Ad’ arricoglie u suspiru
Sò ghjuntij, eranu trè :
Un frate vechju un’ ombra è un rè

4 Troi

Depuis quelques jours il pleuvait sur les campagnes
Et l’on entendait leurs pas
Caressant les terres humides

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Les paysans les ont aperçus à l’aube et au crépuscule
Qui franchissaient ruisseaux et murets
En psalmodiant des versets étranges

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Les sangliers en bandes semblaient exténués
D’avoir trop guetté la respiration de ces étendues
Qui allait se perdre dans les vallées profondes.

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

Des vêtements sèchent dans la cour,
Sous les fenêtres closes
Il faudra bien les ramasser…

Pour un soupir à recueillir
Ils sont venus
Ils étaient trois
Un vieux moine, une ombre et un roi

5 Malanni

Disuccupatu sò pè la campagna
E mi ne vo pè i so chjassi, solu
Fighjendune issi lochi di cuccagna
E aspettendu a notte in paisolu

Ripigliu :
I mio pinseri sò à l’amarezza
A l’avvacinu à la malincunia
E mi stantu à cunservà la saviezza
Chì più d’una volta si n’anderia

Disuccupatu sò pè la citane
E mi ne vo pè i carrughji, solu
Fighjendu e vitrine à robe vane
E aspettendu di l’ore lu scolu

Ripigliu

Disuccupatu sò pè a stagione
E mi ne vo da casa solu, solu
Or chì vulite ch’aghja una passione
Da turnami un antru omu à piglia volu ?

Ripigliu

Disuccupatu so ma chì vulite ?
Travaglierebbe anch’eiu s’io pudia
A mè ùn mi circate tante lite
Ch’ùn m’arricordu più di cio ch’è  l’alegria.

5 Malanni

Je suis le chômeur de la campagne
Et je m’en vais sur les chantiers
Et regardant mes lieux aimés
J’attends la nuit qui va tomber

Refrain :
Mes pensées sont à l’amertume
Au vertige, à la mélancolie
Je m’escrime à raison gardée
Car elle fuirait bien trop suivant

Je suis chômeur dans la cité
Et m’en vais seul dans les rues
Et regardant les vitrines bondées
J’attends que s’écoulent les heures

Refrain

Je suis chômeur dans la saison
Et m’en vais seul de la maison
Que voulez-vous que j’ai envie
D’être quelqu’un d’autre et reprendre vie ?

Refrain

Je suis chômeur que voulez vous ?
Je travaillerais bien volontiers
Ne me cherchez donc pas querelle
L’ancienne joie est oubliée…

6 So l’omu

Sò l’omu
Quellu di i ghjorni senza ragioni
Di e notte senza lucenda
Di a calmana tremenda
È di u fretu senza fuconi

S’ò l’omu
Invichjatu in un cantu
Di tè innamuratu forse
Chì faci lu mio percorsu
Veculu è Campusantu

Sò l’omu
Fruttu di un paese
D’una radica nudosa
E’ a mio stella hè ascosa
Sott’à lu to vilese

Sò l’omu
D’una storia mai scritta
D’un oceanu verde
Di ciò chì più n’ùn si perde
D’una brama ch’ùn s’azzitta

6 Je suis l’homme

Je suis l’homme
Des jours privés de sens
Des nuits privées de lueurs
Des canicules atroces
Des froids sans flammes

Je suis l’homme
Pétri de cette terre
Et d’elle fiévreusement épris
Elle qui a tracé mon chemin
Depuis mon berceau jusqu’à la noire tombe

Je suis l’homme
Fils de l’argile et des pierres
Et de cette racine noueuse
Et mon étoile aura son refuge
Sous le voile qui les recouvre

Je suis l’homme
De cette histoire millénaire
De cette mer de verdure
De ce qui ne peut se taire
Je suis cet homme

7 Fiure

Un vascellu tontu
E’ un marosulu mossu
Cum’è tela slibrata
À un sguardu chì conta
U stampu di una smossa,

Ed eiu à mezu à quessi
Urfagnu di memoria
Calpighjatu in l’andà
Di li ghjorni prumessi
Mare di l’anticoriu,

Un cunvugliu umanu
Persu in lu so rambusciu
Mez’à e cose finite
Mez’à e bughje vite
Passu di ultimu usciu,

E’ u tempu s’hè ammansatu
Adossu à i mio passi
Cum’è a neve in foce
Quandu mancu una voce
Più n’ùn vole sgabbiassi,

Un vascellu tontu
Marosulu di miseria
Imagina di un’alba
Mentre a mio carne calda
N’ùn ghjetta chè materia.

7 Beelden

Un navire qui se cabre
Sur une vague fougueuse
Comme toile qui se déploie
Devant un regard qui porte
L’empreinte d’une révolte

Et moi perdu entre eux deux
Moi dont la mémoire chancelle
Meurtri dans le mouvement
Des jours qui me reviendront
Tels une mer de nausée

Un tumulte d’homme
Et une étrange plainte
Parmi ces choses finies
Parmi ces vies brisées
Ce pas au dernier des seuils

Et ce temps amoncelé
Sur la trace de mes pas
Comme neige sur les sommets
Quand les paroles s’épuisent
Se renferment sur nous

Un navire qui se cabre
Ressac de la misère
Reflet d’une aube qui passe
Tandis que le corps brûlant
Ne vit que par ses plaies.

9 A’l’acula di Cintu
U Cintu hè lu to core

è ne conti e so strade
sò petre accumpulate
poste pè ch’omu capisca
quant’elle sò belle l’ore.Niolu hè la to mente
fiurita à paisoli
quanti vechji si sò soli
à l’entre di a so notte
ma, tù ci sì cù la to ghjente.U tempu s’hè firmatu
in e sepe à rifiatassi
e so corie, è so’ bassi
à infierì li to detti
d’omu acula beatu.Vidarei u nostru ghjornu
ùn po’ esse cio’ ch’omu crede
una casa senza fede
turneranu e friture
e sarà caldu ogni fornu.A’ quelli chì’ una sera
indè tè fecenu cena
li ai datu una penna
pè ammintà la to storia
l’amore d’issa terra.
9 Voor de adelaar van Cintu
Lorsque tu évoques le Cintu
Les routes qui y mènent
Et ses pierres qui adoucissent le temps
On dirait que tu parles
Des chemins de ton cœur
Le Niolu est ton âme
Où fleurissent
Des petits villages
A l’existence usée,
Là est ta demeure
Le temps semble s’6etre figé
Dans les haies
Il reprend son souffle
Dans tes paroles d’aigle
Où dansent genêts sauvages et arbustes
Un jour tu verras,
Ces terres
Où semble s’être installée
La désolation
Retrouveront la chaleur de leur foi
Sache que ceux que le hasard
D’un soir a mené chez toi
Vont écrire ton histoire ;
L’amour que tu portes
A ce pays
12 L’ombra murtulaghju

D’asprura s’hè fattu lu raghju
di a tarra hè biancu lu sulaghju
l’ore si so triste è pisive
un ombra corre trà e campive.

Cutteghja l’anima svanita
si lenta à suspiri a vita
sbuleca machja è sipalaghju
vene à chjamà u so fuculaghju.

Nascenu ughjulu è abbaghju
in e chjose negre pagne
ruspa è rumena e campagne
si insanguineghja lu caghju.

A notte stende lu so imperu
sgotta à bughjoni l’ultimu seru
fala u vadu fuma u pagliaghju
è l’ombra scompie lu so viaghju.

Cantanu in celu e più pietose
cantanu in pienti, voce angusciose,
di u ventu s’apre u cataraghju
à u passu di u murtulaghju …

12 L’ombra murtulaghju

Furieux s’est fait le vent d’hiver
Le plancher de la terre soudain a blanchi
Les heures s’égrènent tristement
Par les champs une ombre est passée,

Elle poursuit les âmes en allées
Quand la vie se dévide en soupirs
Et remue chaque coin de terre
Et renoue avec les vivants,

Cris et aboiements s’entremêlent
Dans les lieux infiniment sombres
D’une blessure s’écoule un sang noir
La forêt s’est habillée de mystère,

La nuit a étendu son empire
Le dernier des vivants s’endormira
Coule une rivière, fume une cheminée
Et l’ombre achève son voyage,

Le ciel s’est empli de résonnances sacrées
Qui se prolongent en pleurs funèbres
Les portes du vent se sont rouvertes
Au pas revenu de l’ombre spectre…

13 Eo Sai

Eo sai saraghju quì
Pè chì mimoria toia
Abbia sempre una lenza da annacquà
Un sole da ragighjà

Eo sai saraghju quì
A’ parà ti lu tempu
Chi hà da zuccà e fronte
A porghje ti a e volte e mio riviglie tonte
A sente ti centu è più cose dì
Eo sai saraghju quì

Eo sai saraghju quì
Ad’apprupinquà i ghjorni
Pè chi u viaghju
Ùn si fia  in un travintaghju

Eo sai saraghju quì
Quandu strughje l’ultima neve
E chi Golu fattu si ne hè zergosu
Da l’anni sbrembatu ma silenziosu
A sente ti centu è più cose dì
Eo sai saraghju quì

13 Moi vois-tu
Moi vois-tu je serai près de toi
Pour que ta mémoire
Puisse garder en son sein un jardin fertile
Inondé de soleilMoi vois-tu, je serai près de toi
Pour te protéger du temps
Qui sculpte les fronts
Et pour offrir à tes lèvres parfois, mes rides folles
Pour t’écouter sans cesse dire cent choses et plus
Moi vois-tu je serai làMoi vois-tu, je serai près de toi
Et j’irai au devant des jours
Pour que le voyage
Evite les lieux mauditsMoi vois-tu, je serai près de toi
Lorsque fondent les dernières neiges
Déchaînant la colère du Golu
Anéanti par les années mais silencieux,
Je serai près de toi
Pour t’écouter encore dire cent choses et plus.